Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

POLITIQUE

Le Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) et la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l'impunité et pour les libertés (CCVC) ont animé ce jeudi 7 décembre 2017 une conférence de presse sur la commémoration du 19ème anniversaire de l'assassinat de Norbert Zongo et de ses trois compagnons.

Les coordinations nationales du CODMPP et de la CCVC ont décidé de la commémoration du 19ème anniversaire de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons autour du thème «Par des actions citoyennes fortes, poursuivons la lutte pour un traitement diligent et sérieux des dossiers de crimes de sang et de crimes économiques contre la vie chère pour les libertés et l’indépendance nationale véritable».

A travers cette commémoration, pour les conférenciers, il s'agit de dénoncer les 19 ans d'impunité à travers une panoplie d’activité sur toute l’étendue du territoire national. Pour la journée du 13 décembre, il s’agira de rendre hommage aux suppliciés de Sapouy, à Flavien Nébié, Boukari Dabo et aux victimes de l'insurrection populaire de 2014 et de la résistance au coup d'Etat manqué de 2015 par des rassemblements, des recueillements et des dépôts de gerbes de fleurs dans les cimetières. Il y aura aussi des assemblées générales, conférences, meeting, marche-meetings autour du thème de commémoration et de la plateforme d’action réactualisée dans les régions, provinces, départements et autres localités du pays.

A Ouagadougou, il est prévu un rassemblement à partir de 7h au cimetière de Gounghin pour le dépôt de gerbes de fleurs, un recueillement aux morts et à partir de 9h, un autre rassemblement est prévu à la place de la Nation pour une marche suivie d'un meeting.
Sur le traitement du dossier Norbert Zongo, Chrysogone Zougmoré président du Collectif et ses camarades estiment que, depuis l’inculpation de trois éléments de l’ex RSP le 10 décembre 2011, rien de consistant n’a été entrepris dans le cadre du traitement de ce dossier. «A ce jour, à notre connaissance, les choses n’ont pratiquement pas bougées depuis l’inculpation de ces trois éléments de l’ex RSP. Le dossier est en phase d’instruction: il y a eu des inculpations et un mandat d’arret international. Nous restons attentifs » dit-il.

A propos des manifestations des élèves, Chrysogone Zougmoré pense que cela est normal. «C'est normal que les élèves luttent contre l'impunité dans le dossier de leur camarade Flavien Nebié. Si nous-mêmes luttons contre l'impunité, nous pouvons comprendre les manifestations des élèves. Pour que la situation change, la balle est dans le camp de ceux qui nous dirigent actuellement. Vu que les conditions dans lesquelles ils sont venus au pouvoir, on avait pensé que les choses iraient mieux surtout pour la justice»

Et Bassolma Bazié, secrétaire général de la CGT-B, de préciser qu’il faut organiser la manière de manifester. «On doit davantage faire en sorte à ce que ces élèves soient organisés pour que leur voix puissent porter. La question est de savoir si les représentants de l’Etat permettent-ils à tous ces élèves de s’organiser» a-t-il indiqué. Il pense que ces élèves doivent être encouragés et accompagnés et juge que, «toute violence qui s’abat sur eux, doit être fermement condamnée»
Pour exprimer leur soif de justice, les initiateurs de la commémoration invitent la population à une mobilisation et à un engagement renouvelés dans la lutte en vue de la satisfaction des préoccupations et attentes «pressantes» de tous.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir