Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

POLITIQUE

La Nation burkinabè a rendu, ce 4 décembre 2017, un hommage à  Youssouf Ouédraogo. Consternation, tristesse et émotion se lisaient sur le visage des personnes venues saluer la mémoire de cet ancien Premier ministre. Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et autres personnalités se sont inclinées sur la dépouille exposée sur l’esplanade du Premier ministère, où s’est déroulée la cérémonie d’hommage national.

Décédé le 17 novembre dernier, c’est en début d’après-midi de ce lundi 4 décembre 2017, que la dépouille de Youssouf Ouédraogo est arrivée à Ouagadougou, en provenance d’Abidjan. Présidents d’institutions, membres du gouvernement, membres de la famille, amis et connaissances, étaient tous présent pour rendre un ultime hommage au regretté.
 
De l’aéroport international de Ouagadougou, le cortège funèbre s’est rendu au Premier ministère, aux environs de 17h. Honneurs militaires, élévation à la dignité de grande croix nationale à titre posthume et recueillement sur la dépouille mortuaire, ont constitué l’ossature du cérémonial d’hommage national.
 
Robert Ouédraogo, au nom de la famille du défunt, a traduit sa reconnaissance à l’endroit du peuple burkinabè au regard du soutien dont la famille a bénéficié dans cette épreuve. «Depuis l’annonce du décès de notre frère Youssouf Ouédraogo, vous, excellence M. le président du Faso, et votre gouvernement, n’avez cessé de nous entourer de toute la sollicitude dont une famille éplorée a besoin», a-t-il laissé entendre.
 
Pour sa part, le Premier Ministre, Paul Kaba Thiéba, a tenu, au nom du peuple burkinabè, à saluer la grandeur d’un homme. Lequel homme, aux dires du chef du gouvernement, «est entré dans l’histoire à travers son travail et son mérite». Ces qualités ont permis à «l’enfant du pays de gravir tous les échelons».
 
«Ta disparition, nous plonge dans une lourde tristesse. Et elle constitue pour notre patrie une lourde perte. Tu es parti les armes à la main, en plein combat. Le combat pour le développement de ton pays et de l’Afrique. En cet ultime instant, où tu t’apprêtes à rejoindre ta dernière demeure, je voudrais te traduire toute la reconnaissance du gouvernement, et du peuple burkinabè», a affirmé le Premier Ministre.
 
A l’issue de ces hommages, les uns et les autres ont été invités à s’incliner sur la dépouille de l’ancien Premier Ministre. Au terme de ce cérémonial, le cortège s’est rendu au domicile du défunt sis à Kossodo. Et selon le programme établi, il y est prévu une veillée de témoignages au cours de laquelle aura également lieu une lecture coranique. L’inhumation est prévue pour ce mardi 5 décembre à 14h à Tikaré, dans la région du Centre-Nord.
 
En rappel, Youssouf Ouédraogo a été, du 16 juin 1992 au 22 mars 1994, Premier ministre du Burkina Faso. De janvier 1999 à juin 2007, il officiera en tant que ministre des Affaires étrangères. A cela s’ajoute sa fonction de ministre de la Planification et du Développement populaire d’août 1984 à octobre 1987. Il a aussi occupé, de 2007 à 2014, le poste de conseiller spécial du président de la Banque africaine de développement (BAD), chargé des questions politiques et diplomatiques.

Il a rendu l’âme à l’aube de sa 65e année.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé