Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   

POLITIQUE

Pour célébrer le 84è anniversaire de sa majesté l’empereur Akihito, l’ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Tamotsu Ikezaki, a convié ses homologues ambassadeurs et personnalités politico-administratives du «pays des hommes intègres» à une réception à son domicile à Ouagadougou. A l’occasion, le diplomate est revenu sur la «bonne coopération»  entre le Burkina et le royaume Nipon. C’était dans la soirée du mercredi 29 novembre 2017.

La Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso) a été le premier pays de l’Afrique de l’Ouest à installer son ambassade à Tokyo. C’était en 1962. Quant à l’ambassade du Japon au Burkina, elle s’est effectivement installée en 2009. Chose qui fait dire à Tamotsu Ikezaki que «c’est enfin une consécration d’amour. Le mariage entre le Japon et le Burkina a été célébré en 2009 pour la vie».

Le 23 décembre est le jour anniversaire de sa majesté Akihito, 125e empereur du Japon. En marge de cette célébration, le peuple burkinabè s’est joint à celui du Japon pour le toast d’amitié. Occasion pour l’ambassadeur japonais de revenir sur la coopération entre les deux pays. Selon M. Ikezaki, le Japon entretient une bonne coopération économique, technique et multilatérale avec le Burina. A entendre le diplomate, la particularité de la coopération japonaise est qu’elle accorde la primauté au transfert de la technologie. «C’est grâce au développement d’une technologie de pointe que le Japon, en 70 ans, a pu se hisser au rang de puissance économique mondiale», confie l’ambassadeur.

C’est donc convaincu de l’importance du transfert de compétences pour le développement que le Japon envoie des experts et des volontaires au Burkina. Jusqu’en octobre 2017, le nombre total d’experts envoyés par le Japon était de 363 et celui des volontaires, de 395.

Il y a également la vulgarisation au Burkina du «Kaizen», un concept né de la culture japonaise, le Bushido. La raison du choix du Burkina pour la promotion de ce concept n’est pas fortuite selon l’ambassadeur: «Japonais et Burkinabè ont des traits communs. Nos deux pays sont des terres d’hospitalité, deux pays du sourire. Japonais et Burkinabè sont diligents dans le travail. Nous sommes aussi intègres, sincères et respectons la parole donnée.»

Pour Tamotsu Ikezaki, le Burkina Faso dans 70 ans, à l’instar de l’expérience japonaise après la 2è guerre mondiale, sera le Japon d’Afrique.

Pour le diplomate, c’est en cultivant l’esprit d’une solidarité internationale que le combat contre les ennemis de la paix et de la stabilité dans le monde deviendra une réalité. Au Burkina depuis le 25 mai dernier, Tamotsu Ikezaki n’a pas manqué de faire mention spéciale au gouvernement en place pour l’accueil et son accompagnement. La soirée a pris fin par l’ouverture du tonneau de Saké (vin japonais) qui a servi au toast.   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé