Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

POLITIQUE

 Les lampions se sont éteints ce samedi 18 novembre 2017 sur les premiers Etats généraux de la jeunesse du Burkina Faso. Cette cérémonie de clôture a été présidée le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Ce moment solennel a été ponctué par plusieurs axes : lancement officiel du site web du ministère en charge de la jeunesse, remise de chèques à des jeunes promoteurs modèles et présentation de la synthèse des travaux. 

Onze recommandations, deux résolutions et deux motions, constituent l’essentiel des résultats obtenus au soir des Etats généraux de la jeunesse. Ainsi, du 15 au 18 novembre 2017, les participants ont mené la réflexion sur divers sujets les concernant. Il s’agit entre autres, de la « place et du rôle de la jeunesse dans le renouveau politique, économique et social du Burkina Faso », de la question de la « santé sexuelle et reproductive des jeunes et dividende démographique », de la « tribune de entrepreneuriat » et du  « regard croisé en matière d’éducation et d’engagement politique de la jeunesse ». 

Toutes ces questions ont fait l’objet de panels et ce dans le souci d’une meilleure approche du thème principal : «  quelle gouvernance pour une contribution optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ? ».

Au titre des recommandations, les jeunes ont souhaité que soit « élaborer une stratégie nationale de mise en œuvre de la décennie africaine pour la formation et l’emploi des jeunes dans les domaines professionnel, technique et entrepreneurial ». A cela s’ajoute la volonté de voir « l’organisation des rencontres d’échanges, directs et inclusifs, périodiques ou ponctuelles entre les partenaires techniques financiers et les populations dans les localités dans lesquelles ils interviennent ».

Par ailleurs, les participants ont manifesté l’intérêt de « se regrouper en structures faîtières et/ou par objectif ». Pour ces derniers, ces regroupements leur permettront, « de mieux accompagner les politiques de développement à l'échelle nationale et régionale ». Ils invitent aussi à un renforcement du leadership des jeunes et à l’augmentation des fonds de financement et de garanties.  

Considérant « qu’il n’y a pas de sot métier», Roch Marc Christian Kaboré a instruit ces jeunes issus des 13 régions du Burkina, de la diaspora et des communautés étrangères à s’engager plus dans le travail. En guise de réponse aux préoccupations contenues dans le rapport des travaux, le chef de l’Etat s’est voulu rassurant. A l’en croire, la question de l’emploi des jeunes est sur la table à tous les niveaux (plan national et sous régional). Quant aux recommandations qui lui ont été soumises, le président du Faso a indiqué que de nombreux points seront intégrés dès 2018, afin que les choses soient en phase avec la réalité. « Nous avons écouté vos messages et nous allons les traduire en réalité ». Telle est la promesse faite par le président Kaboré.

En marge du cérémonial officiel,  les organisateurs ont  procédé au lancement du site web du ministère de la jeunesse (www.jeunesse.gov.bf). 

Par ailleurs, des mérites de jeunes promoteurs modèles dans différents domaines (élevage, commerce, restauration, etc.) ont été reconnus. Ils ont reçu à cet effet des chèques allant 680 000 à 5 millions de franc CFA. Smaïla Ouédraogo, ministre en charge de la jeunesse a témoigné sa reconnaissance et sa réjouissance vis-à-vis de l’engagement dont ont fait preuve ces jeunes au cours de ces échanges.

   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé