Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

POLITIQUE

Arrêtés le 21 octobre dernier pour avoir voulu organisé un meeting «non autorisé», Pascla Zaïda du Cadre d’expression démocratique (CED) et trois autres de ses compagnons étaient à la barre au Tribunal de grande instance de Ouagadougou ce lundi 13 novembre 2017. Après plusieurs heures de débats houleux, le procureur a requis 12 mois de prison pour Pascal Zaïda. Mais finalement, le procès a été renvoyé au 20 novembre pour la poursuite des débats.


A l’entame du procès, les avocats de la défense soulèvent une exception. «Dès les premiers instants après leur interpellation, je me suis rendu dans les locaux de la direction générale de la police nationale pour assister mes clients mais j’ai été empêchée de les rencontrer», explique Me Kaboré. Par conséquent, les avocats conseils demandent alors que tous les Procès-verbaux qui ont permis la saisine du procureur du Faso soient écartés de la procédure pour violation du droit à la défense.

Après une suspension de quelques minutes, le tribunal a décidé de mettre de côté les PV mis en cause, notamment ceux de la police nationale. Le tribunal ouvre alors les débats sur la base des PV délivrés par le parquet. Pendant les débats, il est ressorti que l’un des prévenus avait été battu par des inconnus avant son arrestation, et que son état de santé nécessiterait des soins. Après des heures de débats et la réquisition du procureur, les avocats de la défense reviennent à la charge. Pour eux, le procès ne saurait avoir lieu puisque les PV qui ont permis la saisine du procureur du Faso ont été écartés de la procédure.

Les avocats demandent également que leurs témoins soient entendus. Ils ajoutent que le procureur a pris sa réquisition sans qu’ils (les avocats de la défense) aient eu le droit à la parole. «Nous tenons cette affaire parce que nous avons soulevé une exception de procédure qui tient à l’irrégularité des droits de la défense. Et le tribunal correctionnel dans sa sagesse par jugement, a rendu droit à notre exception de procédure. Cela veut dire qu’il n’y a plus procédure. Nous reviendront encore le 20 novembre prochain pour entendre encore quatre témoins mais je ne vois comment cette période va changer les choses», a martelé Me Paul-André Kéré, l’un des avocats de la défense.

En rappel, le procureur dans son réquisitoire, a demandé 12 mois de prison et 500.000 FCFA d’amende pour Pascal Zaïda et Dieudonné Tapsoba et six mois de prison assorti de sursit pour Mohamed Compaoré et Emile Compaoré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Depuis quelques jours, le gouvernement a entamé une opération de retrait des enfants vivant dans la rue. Cette opération a-t-elle des chances de succès?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé