Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin

POLITIQUE

Les pharmaciens ont observé un mouvement d’humeur dans la matinée de ce lundi 6 novembre 2017 à la Direction générale de la pharmacie, des médicaments et du laboratoire (DGPML) à Ouagadougou. Ils disent ne pas être associés à l’élaboration d’un organigramme du ministère de la Santé qui occulte le secteur pharmacie et médicaments.


«Un organigramme du ministère de la Santé qui a été élaboré et, malheureusement dans cet organigramme, on se rend compte que tout ce qui est aspect pharmacie et médicaments a été occultés. Ces direction sont coiffées par des directions générales qui, à notre sens, causera le problème d’opérationnalisation du secteur pharmaceutique», c’est ce qui ressort des explications de Romuald Yaro, président de la section Est du syndicat des pharmaciens.

Il précise que le syndicat ne s’inscrit pas contre l’organigramme, mais il «veut simplement que le secteur pharmaceutique réponde directement du ministre sans qu’il y ait un intermédiaire entre les acteurs de ce secteur et le ministre en charge de la Santé». Pour M. Yaro, «à partir du moment où ce secteur est englouti dans une direction générale, il n’est pas évident que les acteurs du secteur puissent être libre pour mieux donner des orientations spécifique à ce secteur. C’est face à cette situation que nous avons traduit notre humeur» s’est-il exprimé.

Selon M. Yaro, aucune corporation pharmaceutique n’a été associée à l’élaboration de l’organigramme. «Nous n’avons pas été associés à l’élaboration de cet organigramme. Tout le monde a été mis devant les faits accomplis, là cela cause un problème en vue de l’opérationnalisation du secteur pharmaceutique» a fait savoir M. Yaro.
A la question de savoir si un dialogue avait été engagé avant ce mouvement d’humeur, il a laissé entendre qu’ils (les pharmaciens) avaient rencontré leur ministre de tutelle. «Et, nous avons fait savoir au ministre que cet organigramme allait causer un problème. Il nous a dit qu’il allait réfléchir sur la question et nous statuer. A partir du moment où ça été adopter, cela constitue une inquiétude parce que, quelque chose qui a été adopté au Conseil des ministres, revenir là-dessus, ça risque d’être compliqué» a-t-il expliqué.

Pour ce faire, M. Yaro et ses compagnons ont décidé d’adresser une correspondance au bureau national du syndicat en vue de l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire afin que l’ensemble des pharmaciens puissent se prononcer sur cette question d’organigramme qui occulte le secteur de la pharmacie.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir