Aujourd'hui,
URGENT
Campagne agricole: près de 3 millions de Burkinabè seront en situation d'urgence alimentaire
La Haye: Ratko Mladić condamné à la prison à perpétuité
Campagne agricole: 17 provinces déficitaires (Conseil des ministres)
Burkina: Les administrateurs civils observeront trois jours de grève ( 28 au 30 novembre 2017)
Religion: la célébration du Maouloud est prévue dans la nuit du jeudi 30 novembre au vendredi 1er décembre 2017 (FAIB).
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro intègre la nouvelle direction du RDR comme vice président chargé de la région du Tchologo
Zimbabwe: Robert Mugabé démissionne du pouvoir
Zimbabwe: Le Parlement a débuté la procédure de destitution de Robert Mugabe
Nigéria: au moins 50 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide à Mubi dans le nord-est du pays
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 

POLITIQUE

Les pharmaciens ont observé un mouvement d’humeur dans la matinée de ce lundi 6 novembre 2017 à la Direction générale de la pharmacie, des médicaments et du laboratoire (DGPML) à Ouagadougou. Ils disent ne pas être associés à l’élaboration d’un organigramme du ministère de la Santé qui occulte le secteur pharmacie et médicaments.


«Un organigramme du ministère de la Santé qui a été élaboré et, malheureusement dans cet organigramme, on se rend compte que tout ce qui est aspect pharmacie et médicaments a été occultés. Ces direction sont coiffées par des directions générales qui, à notre sens, causera le problème d’opérationnalisation du secteur pharmaceutique», c’est ce qui ressort des explications de Romuald Yaro, président de la section Est du syndicat des pharmaciens.

Il précise que le syndicat ne s’inscrit pas contre l’organigramme, mais il «veut simplement que le secteur pharmaceutique réponde directement du ministre sans qu’il y ait un intermédiaire entre les acteurs de ce secteur et le ministre en charge de la Santé». Pour M. Yaro, «à partir du moment où ce secteur est englouti dans une direction générale, il n’est pas évident que les acteurs du secteur puissent être libre pour mieux donner des orientations spécifique à ce secteur. C’est face à cette situation que nous avons traduit notre humeur» s’est-il exprimé.

Selon M. Yaro, aucune corporation pharmaceutique n’a été associée à l’élaboration de l’organigramme. «Nous n’avons pas été associés à l’élaboration de cet organigramme. Tout le monde a été mis devant les faits accomplis, là cela cause un problème en vue de l’opérationnalisation du secteur pharmaceutique» a fait savoir M. Yaro.
A la question de savoir si un dialogue avait été engagé avant ce mouvement d’humeur, il a laissé entendre qu’ils (les pharmaciens) avaient rencontré leur ministre de tutelle. «Et, nous avons fait savoir au ministre que cet organigramme allait causer un problème. Il nous a dit qu’il allait réfléchir sur la question et nous statuer. A partir du moment où ça été adopter, cela constitue une inquiétude parce que, quelque chose qui a été adopté au Conseil des ministres, revenir là-dessus, ça risque d’être compliqué» a-t-il expliqué.

Pour ce faire, M. Yaro et ses compagnons ont décidé d’adresser une correspondance au bureau national du syndicat en vue de l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire afin que l’ensemble des pharmaciens puissent se prononcer sur cette question d’organigramme qui occulte le secteur de la pharmacie.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir