Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

POLITIQUE

Lors d’une conférence de presse donnée ce 2 novembre 2017 à Ouagadougou par le Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples (MBDHP), le cas de François Compaoré, frère cadet de l’ancien chef de l’Etat, et de Yacouba Isaac Zida, le Premier ministre de la transition en exil au Canada est revenu sur la table.

Sur le dossier Norbert Zongo, le MBDHP salue l’interpellation de François Compaoré par la justice française. Selon les conférenciers, cette interpellation est une lueur d’espoir pour la manifestation de la vérité.

Le MBDHP demande son extradition au Burkina Faso afin qu’il vienne s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés.

Le président du MBDHP estime que dans les normes, François Compaoré devrait venir de lui-même comme l’a fait Luc Adolphe Tiao sur le dossier de l’insurrection.

S’agissant du dossier de l’insurrection dans lequel Yacouba Isaac Zida doit s’expliquer, le président du MBDHP indique qu’il n’est pas nécessaire pour les magistrats de se déplacer au Canada pour l’auditionner. «Si Zida n’a rien à se reprocher, il doit revenir de lui-même pour s’expliquer. Au lieu de mobiliser de fortes sommes d’argent pour aller l’auditionner, demandons-lui simplement de venir s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés», martèle Chrysogone Zougmoré.

Me Prosper Farama, pense que le fait de vouloir aller auditionner Zida au Canada est un fait «discriminatoire».

«Personne a demandé d’aller entendre François Compaoré ou Blaise Compaoré. (…) On pourrait aussi utiliser la voie diplomatique pour aller auditionner François Compaoré et Blaise Compaoré au lieu de demander leur extradition», s’indigne l'avocat.

Dans un communiqué publié à la veille de l’an III du soulèvement populaire, le procureur du Faso, Maïza Sérémé, annonçait qu’une demande d’entraide judiciaire pénale a été formulée par les juges d’instruction auprès des autorités judiciaires canadiennes à l’effet «d’entendre le général Zida Yacouba Isaac sur certains points».

Les juges souhaitent aussi que «ces autorités leur permettent de se rendre au Canada afin de procéder eux-mêmes aux auditions demandées. Pour ce faire, des moyens conséquents devraient être mis à la disposition de ces magistrats instructeurs en cas de réponse favorable des autorités canadiennes», expliquait le communiqué.

LIRE AUSSI: Lutte contre l’impunité: une marche-meeting ce 4 novembre

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé