Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

POLITIQUE

Des chefs coutumiers ont animé une conférence de presse ce jeudi 19 octobre 2017 pour se prononcer sur les propos de Pascal Zaïda au sujet du meeting «annulé» du Cadre d’expression démocratique (CED).


Le mercredi 18 octobre dernier, des manifestants du CED, conduits par Pascal Zaïda, étaient devant la mairie de Ouagadougou pour réclamer l’autorisation de tenir un meeting. A l’occasion, Pascal Zaïda aurait demandé aux manifestants de se retrancher chez le Mogho Naba Baogo, chef suprême des Mossés si toutefois, la mairie empêchait la tenue dudit meeting le samedi prochain.

Le Naaba Kiiba de Tampouy, principal conférencier du jour, dit être offusqué par les propos de Pascal Zaïda. Pour sa majesté, la cour royale ne saurait être un lieu de désordre. «C’est une cour où il y a la paix et l’entente. C’est surtout une cour où on parle de pardon», ajoute-il. Le conférencier se demande ce que M. Zaïda et les siens veulent aller faire dans la cour royale s’il y a un refus de manifester sur un lieu public.

Parlant de M. Zaïda, le Tampouy Naaba dit ne pas le connaitre personnellement, encore moins qu’il ait eu une quelconque rencontre avec les chefs coutumiers pour qu’il dise avoir leurs bénédictions. «J’aurai bien voulu l’appeler pour discuter mais étant donné qu’il s’entête et tient la tête aux autorités, je préfère m’en abstenir. Nous-mêmes en tant que chefs coutumiers, nous sommes soumis aux autorités administratives», ajoute le Naaba.

Et pour conclure, le Naaba Kiiba met en garde M. Zaïda : «je ne suis pas content de ces propos et s’il refuse et part chez le Mogho Naaba, il récoltera les conséquences.»

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir