Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: Bamory Ouattara remplace Nabi Issa Coulibaly à la tête de La Poste (conseil des ministres). 
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 

POLITIQUE

Nommé en conseil des ministres le 11 octobre dernier, le nouveau Secrétaire général du ministère, Théophile Sawadogo, a été installé le lundi 16 octobre 2017, par le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des Sceaux, Bessolé René Bagoro. Magistrat, Théophile Sawadogo remplace à ce poste, Paulin Bambara, magistrat également, qui a passé 22 mois à la tête du secrétariat général.

Placé sous l’autorité du ministre, le Secrétariat général du Ministère  est l'organe  chargé de l'exécution correcte de la mission  du Ministère. Il veille à l'atteinte  des  résultats et  à la satisfaction des citoyens. Il assure la continuité de l'administration  du Ministère.

C’est donc le nouveau challenge du nouveau secrétaire général du ministère en charge de la Justice, Théophile Sawadogo, précédemment directeur général de la Politique criminelle et du Sceau. En étrennant ses nouvelles charges, il a d’abord rendu hommage au Garde des Sceaux pour l’avoir choisi pour exercer cette fonction et participer à la réalisation des grands chantiers en cours dans le département, lui promettant sa «loyauté» et son «dévouement». «Aucun effort ne sera ménagé pour accomplir les tâches nécessaires à la réalisation des objectifs qui nous sont assignés», assure-t-il.

Saluant les efforts du ministre Bagoro à la tête de ce département ministériel stratégique et son engagement personnel pour une justice indépendante et performante «depuis de longues années», Théophile Sawadogo n’occulte pas la «crise de confiance» qui existe entre les populations et la justice, depuis plusieurs années. «Le diagnostic de cette crise a mis à jour des déficits organisationnel et professionnel qui doivent être comblés en adéquation avec les attentes de l’ensemble des acteurs, internes ou consommateurs du service public de la justice», a-t-il indiqué.

Et d’ajouter: «Le rôle de l’administration judiciaire est devenu plus important dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi des politiques en matière de justice pour tendre vers l’idéal souhaité, en témoignent les nombreux référentiels adoptés durant cette période». L’action du René BAGORO à la tête du département, a-t-il fait remarquer, a permis d’engranger des acquis, «mais j’en conviens, ainsi que vous me l’avez dit récemment, de très nombreux défis restent à relever. Je mesure donc l’ampleur de la tâche qui est désormais la mienne pour une administration judiciaire et des droits humains plus performante».

Le nouveau patron du Secrétariat général a rendu hommage à son prédécesseur et aîné Paulin BAMBARA pour son abnégation au travail et la qualité des rapports qu’il a su imprimer depuis son arrivée au secrétariat général. En outre, il a rassuré l’ensemble du personnel, de sa disponibilité à susciter et à accompagner les initiatives visant l’atteinte de l’objectif d’une justice performante, respective et protectrice des droits de l’Homme. «Je voudrais assurer les partenaires sociaux de ma disponibilité, de ma franche collaboration et de mon engagement au dialogue, car cette mission ne peut réussir dans la solitude et l’isolement», a-t-il poursuivi.

Après la signature des actes de passation de service, le secrétaire général sortant, Paulin Bambara, a exprimé sa reconnaissance à la ministre Joséphine Ouédraogo qui l’a nommé à ce poste le 14 janvier 2015 sous la Transition et au ministre Bessolé René Bagoro qui l’a confirmé par la suite. Il se dit «très content» du choix porté sur Théophile Sawadogo précédemment pour le remplacer.

Il s’est gardé de faire le bilan de son action à la tête du secrétariat général, et pour cause ? : «La simple raison que nous avons fait un travail d’équipe et je ne m’attribuerai pas la paternité. Chacun sait ce qu’il a fait et en tirera leçon… on ne peut se satisfaire de quelque résultat, il faut donc continuer de travailler.
«Monsieur le ministre, je voudrais vous remercier encore pour tout ce que vous avez pu faire pour moi et ce que vous continuerai de faire pour moi, parce que quelque part vous êtes mon esclave…». Cette phrase d’humour entre les deux parents à plaisanterie a fait sourire l’assistance. Paulin Bambara a dit combien il a été heureux de servir aux côté du ministre Bagoro et combien il est disponible à continuer de l’accompagner.

Le ministre Bagoro a remercié Paulin Bambara pour la collaboration, les défis relevés ensemble. Il lui a souhaité bon vent et a redit sa disponibilité à l’accompagner dans ses fonctions futures.

In fine, le ministre a souhaité que le secrétaire général Théophile Sawadogo travaille avec tous les collaborateurs du ministère et l’a engagé à renforcer la collaboration, notamment avec le Conseil supérieur de la magistrature pour une meilleure administration de la justice au Burkina Faso.

Avec MJDP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé