Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

POLITIQUE

La ligue des jeunes du Burkina Faso (LJB) a organisé une conférence de presse ce lundi 9 octobre à Bobo pour annoncer le programme des festivités de 7 années d’existence. Ces festivités auront lieu le 15 octobre 2017, date qui coïncide avec les 30 ans de disparition de Thomas Sankara. Mais assez vite cette conférence de presse a pris la tournure réquisitoire contre Nana Tibo, le président du Rassemblement démocratique et populaire, qui avait annoncé le 8 octobre dernier à Bobo le retour de l’ancien président Blaise Compaoré. «Que Nana Tibo et sa bande sachent que la LJB est déterminée à barrer la route par tous les moyens à leurs agissement», prévient Eloi Savadogo, président de la LJB.

«Depuis quelques jours, certains individus nostalgiques du régime sanguinaire du tristement célèbre Blaise Compaoré, avec à leur tête le réactionnaire Nana Tibo, ont entamé une démarche de déstabilisation du Burkina Faso. Que le sieur Nana Tibo et sa bande sachent que la LJB est déterminée à barrer la route par tous les moyens à leurs agissements… ». Voici le message de la LJB à Nana Tibo qui mène une tournée en vue de préparer un retour de l’ex-président du Faso Blaise Compaoré qui vit en exil en Côte d'Ivoire.

Le président de la LJB, Eloi Savadogo, hausse davantage le ton lorsqu’il déclare: «comme Nana Tibo a donné la date du 14 décembre pour le retour de Blaise, qu’il sache que si Blaise ne vient pas répondre à la justice, c’est lui qui ira rejoindre Blaise».

Eloi Savadogo met en garde aussi le coordonnateur du Cadre d’expression démocratique (CED), Pascal Zaïda, qui envisage d’organiser un meeting à Ouagadougou, malgré le refus de la mairie: «Nous prions Dieu pour avoir aussi Zaïda. Même s’il a l’autorisation, on attend de voir avec quelle sorte de poster il va arriver ici à Bobo».

Pour en revenir à l’objet proprement dit de la conférence de presse de ce lundi, plusieurs activités sont prévues. On note par exemple: une conférence publique sur le thème «Le sankarisme comme alternative crédible au développement du Burkina Faso», thème même de la célébration, des concours sur les discours de Thomas Sankara à l’intention des scolaires de la ville de Bobo, un concert live gratuit avec artistes engagés, un don de sang au centre régional de transfusion sanguine et un don de matériel au CSPS de Belle-ville le 15 octobre.

Créée le 15 octobre 2010, la LJB vise comme objectifs l’instauration, entre autres, d’un dialogue franc entre les jeunes, d’une lutte permanente contre l’incivisme, l’injustice, l’impunité, l’éveil des consciences.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé