Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale
Burkina: le document de Politique de Sécurité nationale remis au président du Faso
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC

POLITIQUE

Dans un entretien qu’il a accordé au magazine Jeune Afrique, François Compaoré, frère cadet du chef de l’Etat assure qu’il se mettra à la disposition de la justice Burkinabè s’il obtenait la garantie d’un procès équitable.

Trois ans après avoir quitté le pouvoir sous la pression de la rue, Blaise Compaoré vit à Abidjan. Son influent frère cadet, François Compaoré, vit lui entre Abidjan et Paris. Visé par un mandat d'arrêt international lancé par la justice burkinabè le 5 mai dernier dans l'affaire de l'assassinat en décembre 1998 du journaliste Norbert Zongo, François Compaoré assure qu’il est prêt à répondre, même si, dit-il, ses «avocats ont investigué auprès des autorités de la France et de la Côte d'Ivoire, pays  dans lesquels il réside, et ils n'ont trouvé aucune trace de ce mandat.»

«Le juge d’instruction a prononcé un non-lieu en 2006. S’il y a des éléments nouveaux et que j’obtiens la garantie d’un procès équitable, alors oui, je répondrais à la justice burkinabè», déclare François Compaoré dans Jeune Afrique du 24 au 30 septembre 2017. Il assure que le 13 décembre 1998, jour où Norbert Zongo était assassiné, il a près l'avion le soir pour Paris et que c'est dans la capitale française qu'il a appris le drame. «J'ai aussi appris qu'une certaine rumeur me mettait en cause. J'ai donc couru toute la journée derrière les compagnies aériennes pour pouvoir rentrer rapidement au pays. En vain», précise t-il à Jeune Afrique. 

L’ex conseiller de l’ancien chef de l’Etat affirme par ailleurs que Blaise Compaoré et lui «aurons toujours une place au Burkina Faso». «Mon cœur et une grande partie de ma famille sont au Burkina. Quand le temps sera venu et que les autorités trouveront nécessaire que nous soyons là, nous rentrerons», a affirme t-il.

«Il faut que nous puissions tous participer à la construction de notre pays. J’ai joué un rôle important. Mon frère (Blaise Compaoré) fait partie de la grande Histoire -L ’Histoire d’ailleurs lui rendra justice- et je pense que nous aurons toujours une place au Burkina Faso», peut-on lire dans l'interview.

Des propos qui viennent comme en écho aux sorties de certaines personnalités politiques, qui réclament ces dernières semaines le retour de Blaise Compaoré au Burkina Faso.

François Compaoré a quitté le Burkina avec son ainé, Blaise Compaoré, à la suite d’un soulèvement en octobre 2014. Les manifestants s’opposaient à la modification de la constitution qui devait permettre à Blaise Compaoré, alors au pouvoir depuis 27 ans, de briguer un mandat supplémentaire.


 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé