Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la conférence internationale sur l’élimination des mutilations génitales féminines se tiendra à Ouagadougou du 22 au 25 octobre
Pays-Bas: la justice permet l’inscription «sexe neutre» sur une carte d’identité (RFI)
Djibo: plusieurs présumés terroristes s'évadent dans l'attaque de la brigade de gendarmerie de la ville ce 18 octobre dans la nuit
Coopération: Jean Yves le Drian  réaffirme le soutien de la France au Burkina dans la lutte contre le terrorisme  
Burkina: Aminata SANA/CONGO est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire  du Burkina en République Fédérative du Brésil
Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections
Russie: au moins 18 morts lors d'une attaque dans un collège technique en Crimée
Burkina: en 2018, les actions de soutien aux personnes vulnérables s’élèvent à 81 milliards FCFA (AIB)
Football: les Étalons font match nul 0-0 face au Botswana et perdent la première place du groupe I au profit de la Mauritanie
Burkina: l’arrimage du fichier électoral à la base de données de l’Oni inquiète toujours l’opposition politique

POLITIQUE

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a pris des engagements dans son programme de gouvernement. La réalisation de ces engagements, qui ont été reversés dans le Plan national de développement économique et social (PNDES), rencontre malheureusement certaines difficultés. Lesquelles difficultés ont faits l’objet d’un séminaire gouvernemental ce lundi 25 septembre 2017 au cabinet du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

Selon le Dr Mathias Somé, coordonnateur du bureau de suivi des engagements présidentiels, cet exercice du gouvernement consiste à déclencher le dialogue entre le bureau de suivi et le gouvernement afin d’ajuster certaines mesures qui permettrons d’améliorer le taux de réalisation desdits engagements. Les échanges de ce lundi ont donc permis aux parties prenantes de mettre en lumière certaines difficultés. Notamment la méconnaissance du contenu du PNDES par les acteurs qui, selon M. Somé, ne se sont pas approprié les engagements présidentiels.

Mathias Somé révèle d’ailleurs qu’après avoir rencontré certains maires et conseillers régionaux, il ressort qu’ils ne savent pas ce qu’il faut faire pour contribuer à la mise en œuvre du PNDES. «Nous avons remarqué, ajoute t-il, qu’il y a certains cadres des ministères qui méconnaissent le contenu du PNDES. Ils méconnaissent aussi les mécanismes qui permettent le déblocage des fonds à l’intérieur des différents ministères.»

En termes de solutions, le Dr Somé estime que la rencontre avec les membres du gouvernement a permis de dégager quelques pistes. «Nous avons responsabilisé les acteurs que sont le gouvernement et les collectivités territoriales. Nous avons également proposé qu’il y ait un meilleur dialogue entre les acteurs pour éviter les discordances et que les gens se tiraillent. Toutes choses qui retardent les décaissements des financements», a confié M. Somé. 

Rappelons que les résultats du sondage d’opinion «Présimètre» du 1er semestre de l’année 2017 rendu public par le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), en collaboration avec la Codel et Diakonia, avaient révélé que le niveau de satisfaction dans les domaines de l’accès à la santé pour tous, l’éducation et la promotion de la femme, est relativement moyen. Les résultats dudit sondage indiquent que le taux de satisfaction tourne autour de 50 à 52%.

En ce qui concerne les engagements pris par le président Kaboré sur les questions de la santé, il était ressorti du même sondage que la politique de la gratuité des soins est  l’élément le plus satisfaisant. Toutefois, pour ce qui est du cas des enfants de 0 à 5 ans, à en croire le CGD, «il y a lieu de relativiser. Certes le principe est bien accepté, mais les citoyens pensent que dans la mise en œuvre il faut revoir, puisqu’il y a des distorsions.» c’est d’ailleurs pour répondre à cette préoccupation que le chef du gouvernement rencontre ce même lundi, les différents acteurs.










Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Pour enrayer la montée du terrorisme au Burkina, la France se dit disposée à lui apporter le même soutien militaire qu’au Mali. Selon cette aide est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé