Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

POLITIQUE

Le Rassemblement des Organisations de la société civile contre la déstabilisation du Burkina Faso est une coalition d’Organisations de la société civile (OSC) et d’artistes musiciens. Au cours d’une conférence de presse ce mercredi 20 septembre 2017 à Ouagadougou, ledit rassemblement s’est insurgé contre «les personnes cachées» derrière les multiples attaques terroristes qui ont endeuillé le Burkina Faso ces derniers temps.

Dans sa déclaration, Augustin Passambé Sawadogo dit Océan, a indiqué que les déclarations «cyniques» et «tendancieuses» de certaines OSC conditionnant la quiétude du Burkina «à son retour dans le giron des Etats voyous» et la libération sans jugement des généraux Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré, sont inacceptables.

Comme exemples, l’artiste Oumarou Moussa Dicko dit Dick Marcus cite Pascal Zaïda et Tibo Nana. «Il y a des comportements qu’on ne doit pas tolérer dans une république. Ce ne sont pas des personnes comme Tibo Nana qui vont prendre de l’argent avec les gens pour venir demander de libérer les généraux Diendéré et Bassolé», martèle Dick Marcus.

Les conférenciers estiment que, malgré le fonctionnement normal des institutions du pays et la lutte contre la corruption qui est devenue une réalité, «il y a cependant, des tentatives de restauration de l’ancien régime farouchement combattu et rejeté par notre peuple».

«Le putsch manqué du 16 septembre 2015 en est l’illustration parfaite», fait remarquer de son côté l’artiste Océan. Il ajoute: «Après cet échec, les forces du mal se sont mues en forces obscurantistes à travers des attaques terroristes.» Mais les conférenciers disent laisser le soin aux autorités compétentes de rechercher et de dévoiler l’identité des personnes et organisations incriminées.

Le Rassemblement des OSC contre la déstabilisation du Burkina Faso appelle donc tous les patriotes sans distinction de couleur politique à la mobilisation générale le dimanche 1er octobre 2017 à la Maison du peuple de Ouagadougou.

L’objectif, selon les conférenciers, est de dire «non» aux tentatives de déstabilisation du Burkina, «non» aux attaques terroristes, «non» aux manipulations de l’opinion et non à la négation de l’insurrection populaire des 16 et 17 octobre 2014. Le rassemblement invite par ailleurs le gouvernement à mettre tout en œuvre pour démasquer les déstabilisateurs et leurs complices et leur appliquer la rigueur de la loi.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé