Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

POLITIQUE

Le peuple burkinabè a rendu un dernier hommage national au président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo ce jeudi 23 août au palais des Sports de Ouaga 2000. Il a d’abord reçu les honneurs militaires, puis il a été élevé à la dignité de Grand-Croix de l’ordre national. Une cérémonie d’hommage marquée par plusieurs allocutions et rehaussée par la présence des chefs d’Etats de la sous-région, notamment Mahamadou Issoufou du Niger et Alpha Condé de la Guinée.

L’instant était solennel dans cette cuvette du palais des Sports. Le ton de recueillements a été donné par le chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba et son gouvernement. A leur suite, les parlementaires burkinabè et leurs homologues venus du Niger, du Togo, Benin, Sénégal, Tchad, se sont inclinés devant la dépouille de Salifou Diallo.

Pour le premier vice-président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, le meilleur hommage que mérite Salifou Diallo est de perpétuer son œuvre et de poursuivre son combat.  Dans les différentes allocutions d’hommage des délégations étrangères, de l’opposition politique, de la majorité, douleur et compassion étaient les maitres-mots.

Au-delà de la nation burkinabè, c’est un hommage sous régional qui a été rendu à celui qui a marqué la vie politique du Burkina Faso durant trois décennies. Le président nigérien, Mahamoudou Issoufou, et le Guinéen Alpha Condé ont salué la mémoire de Salifou et qualifié sa disparition de perte pour l’Afrique. «C’est une grande perte pour nous surtout. C’est mon petit frère. J’avais pensé que c’est lui qui m’accompagnera dans ma dernière demeure et non l’inverse. Je souhaite que son combat qu’il a mené pendant toute sa vie puisse être continué par d’autres pour une vrai démocratie», a laissé entendre le président guinéen.

Mahamoudou Issoufou lui, ne verra plus la réalisation de leur rêve commun. «Nous rêvions ensemble de réaliser l’unité du continent. Nous rêvions ensemble de boucher les trous de la jarre cassée, Salifou est parti mais nous allons poursuivre le combat pour la réalisation des objectifs qui nous ont été commis», rassure-t-il.

Le président Kaboré, conscient que les hommes sont impuissants face à la mort, a invité le peuple burkinabè à travailler et à consolider l’héritage que le président de l’Assemblée a légué pour la postérité. «En ce moment où nous nous rendons à l’évidence que devant la mort l’être humain ne peut rien, je voudrais exhorter tous les compatriotes éprouvés, les cadres de l’Etat, la classe politique et tous les acteurs d’une gouvernance démocratique apaisée et porteuse de paix, de stabilité et de prospérité, à renouveler leur engagement au service de la nation», lance-t-il.

Toutes les sensibilités de la vie sociopolitique étaient représentées au palais des Sports à cette cérémonie d’hommage national. Pour ce qui concerne les délégations étrangères, les présidents des Parlements de l’Afrique de l’ouest et du centre, le corps diplomatique, la délégation de l’international socialiste ont tous marqué leur présence pour saluer la mémoire de la disparition brutale d’un homme de conviction.

Décédé le 19 août dernier à Paris, feu Salifou Diallo a été élevé à la dignité de Grand-Croix de l’ordre national à titre posthume. Son inhumation est prévue pour ce vendredi 24 août à Ouahigouya, sa ville natale.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé