Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

POLITIQUE

La procureure du Faso, Maiza Sérémé était face à la presse ce lundi 14 août 2017 à Ouagadougou pour faire le point sur l’état de l’enquête ouverte peu après l’attaque terroriste qui a visé le Café Istanbul sis avenue Kwamé Nkrumah le dimanche 13 aout. Selon un dernier bilan, l’attaque a fait 18 victimes dont 8 Burkinabè, 22 blessés dont 5 éléments des forces de défense et de sécurité. Selon Maïza Sérémé qui était entourée des enquêteurs de la gendarmerie et de la police nationale, l’attaque a démarré aux environs de 21 heures ce dimanche 13 aout 2017.

«Un commando de deux jeunes individus de sexe masculin, parvenu à hauteur de l’avenue Kwamé Nkrumah sur une motocyclette, a pris d’assaut la pâtisserie café Aziz Istanbul Restaurant à Ouagadougou. Armés de fusils d’assaut de type AK 47, les deux assaillants ont ouvert le feu sur les clients  du café restaurant causant la mort de 18 personnes et blessant plusieurs autres. Grace à la prompte intervention de nos forces de défense et de sécurité, les deux assaillants ont été confinés à l’arrière du bâtiment, où ils ont été mis hors d’état de nuire » a-t-elle révélé.

A l’en croire le bilan provisoire de l’attaque est de 18 tués. A l’heure actuelle, 16 victimes avaient pu être identifiées dont huit Burkinabè, deux Koweitiens, une Canadienne, un Sénégalais, une Nigériane, un Turc, un Français et un Libanais. Deux corps ne sont pas encore identifiés dont l’un de race blanche et l’autre de race noire, tous deux de sexe masculin.

Parlant proprement de la procédure en cours, elle a indiqué qu’une enquête avait été ouverte pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, assassinat, tentative d’assassinat, détention illégale d’armes à feu et de munitions, destruction volontaire aggravée de biens le tout en relation avec une entreprise terroriste contre X et toutes autres infractions que l’enquête révélera.

«Afin d’aider à l’identification d’hôtes, de complices ou de facilitateurs éventuels depuis la planification jusqu’à l’exécution de l’attaque terroriste, nous lançons un appel à témoin et invitons toutes personnes désireuses d’apporter son témoignage à se présenter dans l’une des brigades de gendarmerie de la ville de Ouagadougou ou dans un commissariat de police le plus proche », a-t-elle indiqué.

Par ailleurs, elle a invité toutes les personnes propriétaires des moyens roulants et ou des autres biens retrouvés sur la scène de crime à prendre attache avec l’équipe d’enquête de la gendarmerie nationale sis au camp paspanga. Aussi, elle a fait savoir que les corps des victimes  pourraient être enlevés à la morgue de l’hôpital du district de Bogodogo une fois terminé les actes médico-légaux. La plus jeunes des victimes est âgée de 15 ans. Un communiqué indiquera ultérieurement la date d’enlèvement desdits corps.

En outre, Maïza Sérémé a indiqué qu’une demande d’entraide pénale a été formulée par le parquet de Paris. Pour elle, l’enquête suit son cours et d’autres informations pourraient davantage préciser les mobiles et les circonstances exactes de l’attaque.

 

  

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé