Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Nouvelle attaque meurtrière sur l'avenue Kwamé Nkrumah, à Ouagadougou au Burkina Faso. Le café restaurant Istanbul a été pris pour cible par des assaillants dans la soirée de ce dimanche 13 août 2017. Sur les lieux de l’attaque ce lundi matin, nous avons rencontré le parqueur dudit restaurant. Selon son témoignage, il s’agirait de deux terroristes, l’un de teint clair et l’autre de teint noir.


«Nous étions entrain de parquer les motos et les véhicules lorsque les deux terroristes sont arrivés. Ils ont d’abord fait semblant de garer leur moto. En tant que parqueur, je me suis approché pour les recevoir mais ils ne m’ont pas répondu. Et c’est dès que j’ai donné le dos que j’ai entendu le premier coup de feu. Pris par la panique, je me suis écroulé et je me suis relevé quelques instants après pour traverser la rue et me refugier. Je croyais qu’ils avaient fini avec moi déjà (il se met à rire). J’affirme qu’ils étaient deux personnes habillées en blousons et ils étaient à moto. L’un était de teint clair et l’autre de teint noir», a témoigné Assane Yébré. Il faut signaler que M. Yébré est blessé à ses deux mains. 

La mère de Bilhal Dahifoulha, traumatisée par la disparution de son fils

 

Le dernier bilan de cet attentat fait état d'au moins 18 morts et d'une dizaine de blessés selon le gouvernement sans pouvoir communiquer la nationalité des victimes. Sur les lieux, c’est le désarroi à l’image d’une dame de nationalité canadienne et d’origine algérienne, à la recherche de son fils disparu du nom de Bilhal Dahifoulha. «Nous avons retrouvé l’ami de mon fils qui a été opéré à l’hôpital et il se porte bien. Il a témoigné à son réveil à l’hôpital que c’est mon fils qui l’a couvert lors des tirs. Il a affirmé que mon fils serait décédé puisqu’il a reçu des balles. Nous avons fait le tour de certains hôpitaux en vain», a témoigné la mère de Bilhal Dahifoulha.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé