Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

POLITIQUE

Les épreuves écrites des concours directs  session de 2017 ont débuté ce lundi 7 août 2017 sur l’ensemble du territoire national et ce jusqu’au samedi 19 août 2017. Le top départ a été donné officiellement ce matin du lundi au centre de composition du lycée Nelson Mandéla de Ouagadougou  par le Ministre en charge de la Fonction publique, Clément Pengdwendé Sawadogo.

Pour l’édition 2017 des concours directs de la Fonction publique, ils sont au total 905 166 candidats en lice pour l’obtention de 11 096 postes à pourvoir sur les 93 concours ouverts. Les centres d’administrations sont au nombre de 13 soit un centre par chef lieu de Région. Et c’est celui de Ouagadougou qu’a choisi le ministre en charge de la Fonction publique pour le lancement officiel des épreuves.

A Ouagadougou, 33 établissements ont été érigés en sous centre de composition pour les 384 052 candidats enregistrés. Certains des candidats rencontrés en ce premier jour de composition au lycée Nelson Mandela se disent optimistes. « On espère que cava aller cette année. Avec les concours, il y a beaucoup de choses à bosser car c’est un domaine très large mais on a essayé de réviser un peu. Pour ce matin, je n’ai pas encore constaté d’incidents. J’espère seulement que les sujets seront abordables » a fait savoir Irène Ouédraogo, candidate pour le poste de conseiller en gestion des ressources humaines (GRH).

Pour ce premier jour, seules les épreuves de huit concours sont administrées. Les autres le seront dans les jours suivants jusqu’au 19  août pour la phase écrite et le 20 août pour les épreuves sportives.

Pour le ministre de la Fonction publique, Clément Sawadogo, les concours directs constituent une grande opération pour son département. Raison pour laquelle tout a été mis en œuvre pour le bon déroulement. « Cette année tout se déroule comme nous l’avons assis depuis l’année dernière c'est-à-dire avec un nouveau dispositif antifraude. Ledit dispositif a bien marché l’année dernière et qui, nous l’espérons, va donner cette année des résultats avec certification complète de la fiabilité. Cette année, nous avons renforcé la réception en ligne des concours et aussi ouvert un certain nombre de concours pour les personnes vivant avec un handicap » a indiqué le ministre Sawadogo, à l’issue de l’ouverture du pli contenant les sujets.

Par ailleurs, le ministre a indiqué qu’en dehors des 11 000 postes à pourvoir pour  cette session, d’autres postes seront ouverts cette année au titre des recrutements sur mesure nouvelle. Ce qui augmentera l’offre d’emplois à environ 20 mille postes au total.

« Cela traduit l’effort extraordinaire que l’Etat burkinabè fait pour amoindrir un temps soit peu les angoisses de la jeunesse scolarisée en particulier qui connait beaucoup de difficultés à se trouver un emploi » a-t-il ajouté. Les premiers résultats sont attendus pour le 7 septembre 2017. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé