Aujourd'hui,
URGENT
Migrations: les migrations africaines vers l'Europe en recul depuis 3 ans selon l'OCDE
Burkina: 5 soldats tués dans une embuscade à Toéni dans la province du Sourou (Boucle du Mouhoun)
Tunisie: l’ancien président en exil Ben Ali est mort à 83 ans en Arabie Saoudite
Burkina: «Plus de 46 000 enfants non scolarisés ont été enregistrés au niveau des déplacés internes » (Stanislas Ouaro)
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés

POLITIQUE

L’Union police nationale (Unapol) s’alarme dans la déclaration qui suit, de la tension qui prévaudrait entre gendarmes et policiers au sein de la garde présidentielle. Le syndicat invite le président du Faso à avoir plus de regard sur son entourage.


«Il est parvenu à Unapol qu'au Groupement de sécurité et de protection Républicaine (GSPR), le climat serait tendu entre les éléments policiers et gendarmes. Ce climat délétère serait le fait d'un certain Capitaine Taoko qui se serait senti vexé par un Assistant de Police qui lui aurait tenu tête. Le Capitaine dira plus tard à l'Assistant de Police qu'il n'avait rien contre lui, mais en revanche qu'il entendait régler des comptes à la hiérarchie policière. Mais avec qui exactement et comment?

Dans cette intention d'en découdre avec la hiérarchie policière, le Capitaine Taoko aurait donné des instructions aux éléments de la gendarmerie en poste à l'entrée de la Présidence du Faso, de ne pas y laisser rentrer les éléments de la Police. La menace a été mise en exécution et le climat s'est davantage détérioré ce samedi.
L'Officier de Police qui coiffe les éléments de la Police a été instruit par le sommet d'inviter ses éléments au calme et à la retenue et des pourparlers seraient en cours.
Unapol s'indigne contre cet acte irresponsable qu'elle qualifie de "prise d'otage de la Présidence". C'est malheureusement cette ambiance qui prévaut depuis la création du GSPR.

En outre, Unapol s'insurge contre cette manière discriminatoire d'administrer le Groupement et trouve lâche et coupable le silence du Commandement du GSPR.
En rappel, dans un véritable État de Droit, la Sécurité Présidentielle est du ressort de la défense civile qui est l'apanage de la Police Nationale. Unapol invite le Capitaine Taoko à revenir promptement dans les rangs et à rappeler rapidement ses hommes à l'ordre. Faute de quoi il sera responsable de la dégénérescence de la situation qui pourrait être incontrôlable. En attendant, Unapol invite les éléments policiers en poste au GSPR à garder le calme et les assure de son soutien indéfectible.

Unapol qui suit avec beaucoup d'intérêt la situation, invite tous ses militants à la retenue en attendant sa décision sur la présente affaire.
Aussi, Unapol souhaite de son Excellence Monsieur le Président du Faso d'avoir plus de regard sur son entourage car de graves manigances préjudiciables sont ourdies autour de lui.

"Pour le Policier, Unapol ne lâche rien".

LE SECRÉTARIAT À LA COMMUNICATION ET AUX RELATIONS EXTÉRIEURES.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé