Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

POLITIQUE

L’Union police nationale (Unapol) s’alarme dans la déclaration qui suit, de la tension qui prévaudrait entre gendarmes et policiers au sein de la garde présidentielle. Le syndicat invite le président du Faso à avoir plus de regard sur son entourage.


«Il est parvenu à Unapol qu'au Groupement de sécurité et de protection Républicaine (GSPR), le climat serait tendu entre les éléments policiers et gendarmes. Ce climat délétère serait le fait d'un certain Capitaine Taoko qui se serait senti vexé par un Assistant de Police qui lui aurait tenu tête. Le Capitaine dira plus tard à l'Assistant de Police qu'il n'avait rien contre lui, mais en revanche qu'il entendait régler des comptes à la hiérarchie policière. Mais avec qui exactement et comment?

Dans cette intention d'en découdre avec la hiérarchie policière, le Capitaine Taoko aurait donné des instructions aux éléments de la gendarmerie en poste à l'entrée de la Présidence du Faso, de ne pas y laisser rentrer les éléments de la Police. La menace a été mise en exécution et le climat s'est davantage détérioré ce samedi.
L'Officier de Police qui coiffe les éléments de la Police a été instruit par le sommet d'inviter ses éléments au calme et à la retenue et des pourparlers seraient en cours.
Unapol s'indigne contre cet acte irresponsable qu'elle qualifie de "prise d'otage de la Présidence". C'est malheureusement cette ambiance qui prévaut depuis la création du GSPR.

En outre, Unapol s'insurge contre cette manière discriminatoire d'administrer le Groupement et trouve lâche et coupable le silence du Commandement du GSPR.
En rappel, dans un véritable État de Droit, la Sécurité Présidentielle est du ressort de la défense civile qui est l'apanage de la Police Nationale. Unapol invite le Capitaine Taoko à revenir promptement dans les rangs et à rappeler rapidement ses hommes à l'ordre. Faute de quoi il sera responsable de la dégénérescence de la situation qui pourrait être incontrôlable. En attendant, Unapol invite les éléments policiers en poste au GSPR à garder le calme et les assure de son soutien indéfectible.

Unapol qui suit avec beaucoup d'intérêt la situation, invite tous ses militants à la retenue en attendant sa décision sur la présente affaire.
Aussi, Unapol souhaite de son Excellence Monsieur le Président du Faso d'avoir plus de regard sur son entourage car de graves manigances préjudiciables sont ourdies autour de lui.

"Pour le Policier, Unapol ne lâche rien".

LE SECRÉTARIAT À LA COMMUNICATION ET AUX RELATIONS EXTÉRIEURES.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé