Aujourd'hui,
URGENT
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone
RDC: déraillement meurtrier d’un train dans le Tanganyika, plus de 50 morts
Burkina: des organisations syndicales se démarquent de la journée nationale de protestation initiée par l'Unité d'action populaire
Burkina:  l’UPC invite le gouvernement «à reprendre sans délai les négociations avec les syndicats de la santé»

POLITIQUE

Le général de division Xavier de Woillemont, commandant sortant de la Force Barkhane, a affirmé mardi 25 juillet 2017 que l’armée française n’était pas en mesure de confirmer ni d’infirmer la mort de Ibrahim Malam Dicko, ce terroriste Burkinabè qui a revendiqué des attaques meurtrières au Burkina Faso.

 
Un message publié le 27 juin sur une page Facebook supposée appartenir  à Ansaroul islam, le groupe terroriste fondé par Ibrahim Malam Dicko, sous-entendait la mort du chef djihadiste qui dirigeait jusque-là l’organisation. Le même message affirmait que Jafar Dicko, qui serait son frère cadet, prenait les commandes du groupe terroriste. Des sources sécuritaires précisaient que l’homme a été affaibli depuis l’opération Bayard, menée fin avril par la force Barkhane dans la forêt de Foulsaré, son fief.

L’importante pression des opérations militaires régulières qui le forcent à bouger sans cesse ne lui permettaient plus de soigner correctement son diabète, ajoutaient ces sources. Dans ces conditions, le chef djihadiste, originaire de la région de Djibo, pourrait avoir succombé.

Interrogé sur la question alors qu’il sortait d’une audience avec le chef de l’Etat burkinabè ce mardi,  le général de division Xavier de Woillemont, commandant sortant de la Force Barkhane a reconnu qu’il y a eu «une série d’opérations militaires menées par l’armée du Burkina Faso, appuyée et soutenue par Barkhane et aussi en coopération avec l’armée malienne», et cela, «conformément au principe de fonctionnement du G5 Sahel sur les frontières avec les deux Etats, sur l’attrition des groupes qui sont dans cette région». 

Mais ajoutera-t-il, il ne peut «ni confirmer ni infirmer l’information faisant état de la mort du sieur Dicko», l’ayant aussi appris par voie de presse. De toute façon, «si on avait cette information, ce serait à l’armée du Burkina Faso ou au Burkina de le dire et de le confirmer», a assuré celui qui était venu à la présidence pour présenter à Roch Marc Christian Kaboré son successeur à la tête du commandement de la Force Barkhane, le général de division Bruno Guibert.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé