Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Le gouvernement a tapé du poing sur la table quand le Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina Faso (SATB) a appelé ses militants à un débrayage général dans tous les services de la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique. Mais le SATB, rejoint par le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (Snaid), organisent au Trésor public et à la Bourse du travail un sit-in de 96 heures depuis le mardi 18 juillet 2017. Ils réclament le départ des directeurs des Impôts et du Trésor.


A travers ce mouvement d’humeur, les travailleurs du Trésor et des impôts tiennent à rappeler au gouvernement la nécessité du respect des engagements qu’ils ont signé le 29 mai dernier et dont le contenu n’a jamais été dévoilé.

Le secrétaire général du SATB, Séini Koanda, explique que deux points figurent sur la plateforme de leur mouvement. Il s’agit du départ « sans conditions » du directeur général des Impôts, Adama Badolo, et celui du Trésor et de la comptabilité publique, Naby Abraham Ouattara. Les syndicats réclament aussi la signature des projets d’arrêtés de répartition du Fonds commun des directions des impôts et du Trésor et la relecture des textes en tenant compte de leurs observations. 

Par ailleurs, ils disent regretter une remise en cause du protocole d’accord par le gouvernement en lien avec les conditions et modalités de répartition du fonds commun. Pour les deux syndicats, il y a une iniquité dans la répartition du fonds commun qui doit être corrigée par le gouvernement. M. Kouanda, a fait savoir que les délais du 30 juin pour la relecture et le paiement le 15 juillet sont passés sans que «les lignes bougent dans le sens de leur vœu». Ils estiment que les autorités les «jettent en pâture» à l'opinion publique.

Le secrétaire général du SATB a traduit leur surprise suite à la condamnation du mouvement d’humeur par le gouvernement. Il a laissé entendre qu’une correspondance aurait été adressée au Premier ministre Paul Kaba Thièba afin de l’interpeller sur les manquements constatés suite au protocole d’accord. «Il devrait chercher à comprendre, à nous rencontrer. Mais, il ne l’a pas fait» a lancé M. Koanda.

Notons que le gouvernement avait souligné le caractère illégal du mouvement de débrayage général initié par le SATB car n’ayant fait l’objet d’aucune autorisation préalable comme l’exigent les textes en la matière. Le gouvernement a aussi dénoncé toute velléité d’extension de ce mouvement à tout autre syndicat. En tout état de cause, le gouvernement burkinabè a brandi la menace de sanction contre des «indélicats».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir