Aujourd'hui,
URGENT
SITHO 2017 : le Niger, pays invité d’honneur du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou. 
SITHO 2017 : une centaine d'exposants, 25 tours opérateurs et de 50 000 visiteurs sont attendus au Salon du tourisme de Ouagadougou. 
Justice: le dossier du procès intenté par Aly Ouédraogo contre Safiatou Lopez renvoyé au rôle général pour reprogrammation.
ONU : le Burkina condamne les essais nucléaires conduits par la Corée du Nord (Roch Kaboré).
ONU : les essais nucléaires nord coréens, "une menace à la paix et à la sécurité de la péninsule coréenne et du monde" (Roch Kaboré).
Kenya: après l'invalidation des élections des juges "attaqués et menacés" selon David Maraga président de la cour suprême.
Parlement: Alassane Sakandé chez le Mogho Naaba pour «recueillir ses conseils et demander des bénédictions pour le succès de sa mission».
Burkina: «Tourisme interne: enjeux et défis», c’est le thème du 12e SITHO qui se tient du 28 septembre au 1er octobre.
Côte d’Ivoire: 15 ans après la rébellion, Soro dit ne ressentir aucune honte à demander pardon.
ONU: une cinquantaine de pays signent un traité interdisant symboliquement l’arme nucléaire.

POLITIQUE

Le 06 juillet 2017 la commission d’enquête du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) informait l’opinion publique nationale et internationale de la remise de son rapport d’enquête à la présidente du CSM.

Selon les termes du communiqué, la commission a conclu à l’existence de manquements à l’éthique et à la déontologie dans vingt-neuf (29) des cinquante-et-un (51) dossiers examinés, impliquant trente-sept (37) magistrats principalement et incidemment trois (3) avocats, cinq (5) greffiers, quatre (4) OPJ et APJ de la Gendarmerie nationale. Le REN-LAC félicite le CSM et les membres de la commission pour le travail abattu en vue d’assainir le corps de la justice burkinabé des fléaux de la mal gouvernance et de la corruption. 

Il note que la commission a confirmé l’existence des pratiques corruptrices longtemps dénoncées par des structures et/ou citoyens au niveau de la justice. Tout en espérant que ce soit le point de départ de  la renaissance de la justice burkinabé, dynamique qui fera d’elle une institution plus crédible et au service du justiciable, le REN-LAC encourage les différents destinataires de ce rapport et en premier lieu le Président du Faso en sa qualité de garant de l’indépendance de la justice, à tout mettre en œuvre pour que des suites appropriées lui soit données aussi bien sur le plan disciplinaire que pénal. 

En tout état de cause, le REN-LAC entend jouer pleinement sa partition afin que les procédures appropriées soient déclenchées dans le sens de réprimer les mis en cause à la hauteur de leur forfait. D’ores et déjà, il demande avec insistance que le rapport soit rendu public afin de permettre aux citoyens notamment aux dénonciateurs et aux acteurs de la lutte contre la corruption d’assurer une veille citoyenne adéquate.

Fait à Ouagadougou le 14 juillet 2017
Le Secrétariat exécutif

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Selon vous, Bala Alassane Sakandé est véritablement la personne qu’il faut pour présider l’Assemblée nationale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé