Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

POLITIQUE

Le 6e Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre le Burkina Faso et la République de Côte d’Ivoire a débuté ce jeudi 13 juillet 2017 à Ouagadougou avec la réunion des experts des deux pays. Durant 72 heures, ces derniers se pencheront sur les différents domaines de coopération ainsi que l’état d’avancement des projets communs. A la suite de cette réunion des experts, interviendra le lundi 17 juillet, le conseil conjoint de gouvernement et la conférence au sommet des chefs d’Etats prévue pour ce 18 juillet.

Cette réunion des experts, ouverte ce jeudi 13 juillet, prendra fin ce samedi 15 juillet 2017. Durant les travaux, les participants issus des deux pays passeront en revue les domaines de coopération. Il s’agit, entre autres, des infrastructures routières et ferroviaires, l’énergie et les mines, la coopération politique, la diplomatie et l’intégration régionale, la défense et la sécurité, la coopération administrative et transfrontalière, la fluidité du trafic et la libre circulation des personnes et des biens, l’économie et l’industrie, l’éducation et la recherche scientifique.

A cet effet, ils examineront point par point les domaines précédents et surtout l’état d’avancement des projets conclus lors des sommets antérieurs. Au titre de ces projets, il y a la construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, la réhabilitation du chemin de fer, la coopération énergétique et la sécurité.

« Nos experts devront identifier les éventuelles difficultés qui entravent la mise en œuvre de nos projets communs et proposer des solutions appropriées en vue de dégager de nouvelles perspectives pour élargir et consolider les relations d’amitié et de coopération entre nos deux peuples » a indiqué Dieudonné Sougouri, le secrétaire général du ministère burkinabè en charge des Affaires étrangères.

 Il a également assuré que la partie burkinabè ne ménagera aucun effort pour soutenir toute initiative allant dans le sens du renforcement de la coopération entre les deux pays. Aussi, il a dit espérer que « ces assises contribueront au renforcement du dialogue et de la concertation entre les deux gouvernements tout en élargissant le champ de la coopération bilatérale entre les deux peuples ».

Louis Bony, le directeur général de la coopération bilatérale ivoirienne a pour sa part invité l’ensemble des experts à un examen approfondi et minutieux des textes à l’ordre du jour. « En le faisant, nous parviendrons ainsi à atteindre les objectifs définis par nos chefs d’Etats (…) Nous voudrions dès à présent nous réjouir des dispositions prises par les deux parties en vue de parvenir à des résultats fructueux et bénéfique à nos Etats et par ricochet à nos deux nations », a-t-il fait savoir.

La réunion des experts prend fin ce samedi 15 juillet. Les conclusions des travaux seront remises au gouvernement, ce qui servira de cadre pour la tenue du conseil conjoint de gouvernement prévu le lundi 17 juillet 2017, la veille de la conférence au sommet des présidents.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé