Aujourd'hui,
URGENT
Education: des enseignants recrutés sur mesures nouvelles en 2016 manifestent pour réclamer le payement de 8 mois d’arriérés de salaire. 
Padema: deux producteurs de coton retrouvés morts pendus dans leur champ à Pandema, à 70km de Bobo Dioulasso (Ouaga FM).
Guinée Bissau : un nouveau contingent de 140 militaires burkinabè (4 officiers et 136 sous-officiers) déployé dans les prochains jours.
Culture : le total des droits d'auteurs à partager par le BBDA s’élève à plus de 324 millions de FCFA, à repartir entre 13 881 artistes.
Russie 2018: l'attaquant Gafar Sirima du club FK Tambov, en deuxième division russe, vient d'être appelé pour compléter la liste des Étalons.
Maroc: le cinéaste burkinabé Idrissa Ouedraogo préside le jury de la 14è édition du film transsaharien de Zagora.
Rwanda/Génocide:  le parquet de Paris ouvre une information judiciaire contre BNP Paribas pour complicité de crimes contre l'humanité.
SITHO 2017 : le Niger, pays invité d’honneur du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou. 
SITHO 2017 : une centaine d'exposants, 25 tours opérateurs et de 50 000 visiteurs sont attendus au Salon du tourisme de Ouagadougou. 
Justice: le dossier du procès intenté par Aly Ouédraogo contre Safiatou Lopez renvoyé au rôle général pour reprogrammation.

POLITIQUE

Si l’on en croit ce compte-rendu de la réunion du cadre de concertation du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso, l’opposition n’a jamais été contre le Partenariat public-privé (PPP), mais contre le gré à gré comme méthode de passation des marchés du PPP.


« Les partis politiques membres du Cadre de Concertation du Chef de file de l’Opposition ont tenu une rencontre régulière le vendredi  07 juillet 2017, rencontre qui s’est poursuivie le mardi 11 juillet 2017,  au siège du CFOP. Présidée par M. Zéphirin Diabré, Chef de file de  l’Opposition, cette rencontre avait les points suivants inscrits à son ordre du jour :

1)    situation nationale ;
2)    vie du cadre ;
3)    divers

Au titre de la vie nationale

L’actualité nationale a été marquée par le vote, le lundi 03 juillet,  de la loi portant  allègement des conditions d’exécution du programme de projets partenariat public-privé. Lors du vote de cette loi, et conformément aux directives du  CFOP, les députés de l’Opposition se sont vaillamment opposés à ce que les Burkinabè comprennent chaque jour qui passe, comme une légalisation éhontée du pillage des  ressources de notre pays par le MPP, sous le fallacieux prétexte de promouvoir le développement. 

Les députés de l’Opposition ont quitté la salle de l’hémicycle pour éviter de se faire complices de la forfaiture du parti au pouvoir. L’Opposition politique leur adresse toutes ses félicitations, et ses encouragements. Elle les exhorte à garder cet esprit de vigilance sur tout ce qui touche à la gestion du bien public et à la bonne gouvernance, et à continuer à se faire les gardiens intraitables  des  acquis de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre  2014.

L’Opposition politique redit ici que, contrairement à la propagande mensongère du MPP, elle n’a jamais été contre le PPP. Comme le sait tout le monde, le PPP est un mode  libéral de financement des grands projets publics, en associant  le secteur privé et ses ressources.
Ce que l’Opposition dénonce, et continuera de dénoncer,  c’est le gré à gré comme méthode de passation des marchés du PPP. Le monde fourmille d’exemples de PPP, mais la passation des marchés se fait par appel à  la concurrence, toute chose qui permet de choisir le projet qui est à la fois meilleur sur le plan technique et le moins cher sur le plan financier.

Ces marchés  se chiffrent à des milliers  de milliards. Ils engageront notre pays pendant des décennies. Ils ne sont pas tous urgents. Mais le plus grave, c’est que, avec cette loi qui autorise le gré à gré, nos dirigeants  auront tout le loisir de distribuer ces marchés publics à leurs amis  et camarades politiques du monde des affaires.

L’Opposition fait d’ailleurs observer aux Burkinabè que  cette loi qui vient d’être votée par le parlement n’est pas une nouvelle loi, mais en fait la modification de la loi Blaise Compaoré sur les PPP, votée le 23 mai  2013,  en vigueur depuis, mais qui n’a même pas été expérimentée.

En parlant  d’allègement des procédures de l’ancienne loi,  le MPP veut dire qu’il a trouvé que la loi Blaise Compaoré était   trop contraignante. En effet celle-ci, en son article 16, disposait très clairement que «  La sélection du partenaire privé est effectué par appel à la concurrence à l’échelon  national ou international en fonction de la complexité ou de l’envergure financière du projet. Le partenaire privé est sélectionné à l’issue d’un appel d’offres ouvert en une étape précédé d’une procédure de pré-qualification ,  ou d’un appel d’offres ouvert en deux étapes, précédé d’une procédure de pré-qualification.» 

En quoi une telle disposition est elle contraignante ? En quoi empêche-t-elle le MPP de travailler vite ? En quoi empêche-t-elle les partenaires honnêtes du Burkina de venir investir chez nous ?

En  changeant cette  loi pour introduire le gré à gré, le MPP, qui a participé à l’insurrection qui a renversé  le régime de Blaise Compaoré,  a délibérément choisi de piétiner les acquis de cette insurrection. Mais les Burkinabè peuvent se rassurer  que l’Opposition continuera de mener le combat contre la grave dérive à laquelle nous assistons. Elle leur demande de rester mobilisés et à l’écoute des prochains mots d’ordre du CFOP.

Au titre de la vie du Cadre
Au regard des développements évoqués plus haut, de l’aggravation de la mal gouvernance, et de la persistance des problèmes de vie courante qui assaillent les populations du Burkina, les  partis politiques ont échangé sur  les stratégies et  actions futures du CFOP.

La rencontre a pris fin à 20 h dans une ambiance de grande cordialité.»

Ouagadougou, le 11 juillet 2017
Le Service de communication du Chef de file de l’Opposition politique

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Selon vous, Bala Alassane Sakandé est véritablement la personne qu’il faut pour présider l’Assemblée nationale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé