Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

POLITIQUE

Le premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba et son homologue ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, ont tenu ce vendredi 7 juillet 2017 à Ouagadougou  un bref point de presse sur le bilan du séjour de la délégation ivoirienne au Burkina dans le cadre des préparatifs du 6e Traité d’amitié et de coopération qui se tiendra du 17 au 18 juillet dans la capitale burkinabè. Au cours des échanges avec la presse, les deux chefs de gouvernements ont été invités à se prononcer sur le cas de l’extradition éventuelle au Burkina de l’ancien président Blaise Compaoré actuellement en exil en Côte d’Ivoire. Il est inculpé dans deux affaires dont celle sur l’assassinat de Thomas Sankara le 15 octobre 1987.

Paul Kaba Thiéba et Amadou Gon Coulibaly, visiblement embarrassés par la question ont tous simplement botté en touche arguant le sacro saint principe de la séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire.

« Les questions de justice relèvent de l’institution judiciaire. Mon homologue et moi relevons de l’exécutif et nous n’avons pas l’intention de nous immiscer dans les décisions de justice. Je pense qu’il est bon de laisser la justice travailler dans la sérénité et éviter que le pouvoir politique s’immisce dans les affaires judiciaires car c’est la meilleure façon de faire échouer le fonctionnement de la justice. La justice a besoin de sérénité et d’indépendance pour assumer les fonctions qui sont les siennes. (…) Les questions que nous avons évoquées touchent le développement, l’intégration économique, la culture, au rapprochement entre nos deux gouvernements et nos deux peuples. Les questions de justice, il faut les laisser entre les mains des juges » a fait savoir le Premier burkinabè.

Amadou Gon Coulibaly pour sa part a laissé entendre que le TAC existe depuis 2008 et son but est de renforcer la coopération entre les deux Etats : « Avant comme après, la coopération entre les deux Etats est bonne et nous sommes venus pour renforcer cette coopération qui existait depuis longtemps pour qu’elle soit dans l’intérêt de nos deux peuples ». 

L’ancien président Blaise Compaoré suite à sa démission du pouvoir le 31 octobre 2014 est en exil en Côte d’Ivoire où il aurait pris la nationalité. Dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du Capitaine Thomas Sankara, le juge d’instruction militaire a émis un mandat d’arrêt contre lui. Il est également poursuivi pour complicité d’homicide et de coups et blessures en tant que ministre de la défense lors de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre ayant conduit à sa chute.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé