Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

La 9ème promotion des officiers stagiaires en Qualification logistique du deuxième degré (QL2) de l’Ecole militaire technique de Ouagadougou (EMTO) a effectué sa sortie de fin de stage ce vendredi 23 juin 2017 à Ouagadougou. Vingt stagiaires, dont une femme, originaires de 15 pays, ont reçu leur parchemin après six semaines de formation. La cérémonie officielle de clôture a eu lieu en présence de la hiérarchie militaire.


Ces 20 stagiaires ont acquis au cours des six semaines de formation, le socle de connaissance nécessaire à la conception d’un soutien logistique efficient. Selon le directeur des Etudes, le lieutenant-colonel Fabrice Hetch, au cours de trois exercices d’application, ils ont déroulé et mis en œuvre la méthode d’élaboration des ordres adaptés à la logistique. Pour lui, l’objectif de ces exercices, «n’est pas de leur apprendre des solutions toutes faites mais bien développer leurs capacités d’analyse, d’aiguiser leur jugement afin que le moment venu, ils prennent en tenant compte des contraintes et des impératifs de la manœuvre, les bonnes décisions pour le soutien des unités combattantes.»

Pour cette promotion, aux dires du directeur des études, 13 officiers stagiaires ont été jugés immédiatement aptes à occuper la fonction de chef de B4 et cinq d’entre eux pourront prétendre à suivre une formation logistique de 3e niveau en France. Les 7 autres, poursuit-il, sont aptes à occuper une formation de chef de cellule logistique, étape indispensable avant de se voir confier un B4.  «Aucun stagiaire n’a été jugé inapte à occuper à terme un poste de chef de bureau logistique», a précisé le Lieutenant-colonel Fabrice Hetch. Tout en félicitant les stagiaires pour les résultats engrangés, il leur a demandé de travailler davantage pour maitriser totalement l’usage de tous ces nouveaux outils.

Et pour sa part, le commandant de l’EMTO, Zitba Sawadogo, de rappeler aux stagiaires que l’objectif des logisticiens aujourd’hui ne consiste plus seulement à habiller, nourrir et transporter des hommes. Mais, explique-t-il, «il vaut plus que cela car la logistique doit aussi contribuer, à travers ses domaines d’intervention, à illuminer les vastes ténèbres du champ de bataille en renseignant les chefs sur les possibilités ou les impossibilités logistiques de l’ennemi.» Il précise qu’elle doit « rayonner en contribuant de façon décisive à dissiper les 60% de brouillard qui entourent l’œuvre de guerre, et aussi permettre la reconversion de nos hommes à la vie civile.»

Le président de la promotion, le colonel Ravelonanivo Guilliano Gaston, dit la promotion est suffisamment armée pour occuper des postes de responsabilité logistique dans leurs états-majors respectifs. A l’écouter, ce stage a été un facteur d’intégration régionale qui a permis de raffermir les liens de fraternité et de cohésion entre différentes nationalités. «Ce n’est que par la formation que nous pouvons répondre aux perpétuels changements du monde», a-t-il dit.

Pour la seule femme, Minata Cissé, avec le diplôme en main, elle a laissé entendre qu’ils sont désormais aptes à occuper des emplois au sein d’un état-major national, multinational ou dans un cadre d’engagement Onusien.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir