Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

POLITIQUE

Pour le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP-opposition), la décision rendue par le Conseil constitutionnel, reconnaissant le caractère anti constitutionnel de certaines  dispositions substantielles qui régissent la procédure ouverte devant la Haute cour de justice contre les anciens membres du gouvernement Tiao est satisfaisante. L’ex parti au pouvoir dit cependant attendre la suite réservée au jugement du Conseil Constitutionnel. 


« Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès  (CDP) a pris note avec une relative satisfaction de la décision rendue par le Conseil Constitutionnel, reconnaissant le caractère anti constitutionnel de certaines  dispositions substantielles qui régissent la procédure ouverte devant la Haute Cour de Justice contre les anciens membres du Gouvernement du Premier Ministre Luc Adolphe TIAO. Cette décision de la juridiction suprême constitue un pas notable dans le sens du respect de la primauté du droit et donc de notre Loi fondamentale, que la Haute Cour de Justice semblait vouloir fouler aux pieds, dans son empressement à régler des comptes politiques.

Pour autant, cette décision ne règle pas toutes les irrégularités foncières qui entachent ce procès en sorcellerie engagé devant la Haute Cour de Justice.  Notre Parti attend de connaître la suite que le Gouvernement et l'Assemblée Nationale donneront au jugement du Conseil Constitutionnel. Notre souhait et celui de nombre de nos concitoyens est que ce rappel au respect de la légalité soit l'occasion pour les gouvernants actuels de prendre des mesures claires, simples et courageuses en vue de traiter ce dossier suivant les normes qu'exige l'Etat de droit . Celles-ci sont internationalement reconnues.

Elles sont posées par de nombreuses conventions internationales auxquelles le Burkina a librement souscrit. Dans la lettre comme dans l'esprit, elles bannissent les juridictions d'exception dont la composition, les modes de saisine et le fonctionnement laissent peser des doutes sérieux sur l'indépendance et l'impartialité des juges.

Dans la période de sortie de crise que traverse notre pays, ce à quoi aspirent les burkinabè, c'est sans doute à une quête légitime de Vérité, de Justice et de Réconciliation, mais certainement pas au prix de procédures biaisées à des fins évidentes de revanche politique.  Ce que veulent les burkinabè - à quoi nous adhérons pleinement - c'est une Justice équitable, dont les modalités et les décisions ne soient pas contestables. Notre pays dispose d'un système judiciaire de droit commun, composé de magistrats compétents, expérimentés, capables de dispenser cette Justice, sans qu'il soit nécessaire de la mettre entre les mains de politiciens, outrageusement partisans.

Pour être clairs, nous appelons à la suppression immédiate de la Haute Cour de Justice et à l'instruction de cette affaire par une juridiction de droit commun, plus crédible. Il lui reviendrait en premier lieu de décider si les faits reprochés aux membres du Gouvernement incriminés sont constitutifs d'une infraction prévue et punie par la loi burkinabè. Elle apprécierait également si les poursuites engagées contre l'ancien Chef de l'Etat, en sa qualité de Ministre de la Défense, sont compatibles avec le respect de la Constitution.

En tout état de cause, notre Parti s'en remet aux lignes de défense qui seront adoptées par les accusés et leurs conseils. Nous sommes solidaires de leur cause et opposés à cette procédure tendancieuse,  dont nous n'avons cessé de dénoncer l'iniquité originelle. »


Le Président de la Commission ad hoc du CDP
Léonce Koné

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir