Aujourd'hui,
URGENT
HCR: le Burkina Faso accueille à ce jour près de 34.000 réfugiés dont 56% d'enfants.
Présidence : les rois de différentes localités reçus en audience le mardi 20 juin par Roch Kaboré.
Mali: une trentaine de morts dans des violences entre Peuls et Dogons dans le centre du pays.
Auto-emploi : le Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes, crédité d'une enveloppe de 16,5 milliards de FCFA.
Auto-emploi : les jeunes et les femmes burkinabè invités à soumettre leurs demandes de financement dès le 26 juin.
Algérie: un père écope de 2 ans de prison ferme pour avoir suspendu son bébé dans le vide afin d’obtenir des «like» sur Facebook.
Ramadan: 462 infrastructures marchandes de Ouagadougou ont été contrôlées par le ministère du Commerce.
ONU : Zéphirin Diabré participe aux travaux de la 35ème session du Conseil des Droits de l'Homme actuellement à Genève, Suisse.
Centrafrique : accusés d’agressions sexuelles et de participation à des trafics, les Casques bleus congolais chassés de la Minusca.
Bac 2017: le doyen des candidats, Amadou Gazambé, 58 ans, passe l'examen pour la 11ème fois.

POLITIQUE

Les syndicats des magistrats, de greffiers et de la Garde de sécurité pénitentiaire avaient décrété une grève de 72 heures, du lundi 12 juin dernier  à ce mercredi 14 juin, pour réclamer une meilleure sécurisation des palais de justice après «l’attaque» de celui de la ville de Manga par une foule réclamant la libération d’un détenu. Ils ont décidé de la reconduire sur tout l’ensemble du territoire et expliquent dans le communiqué qui suit, que mot d’ordre sera maintenu jusqu’à ce que les conditions posées pour la reprise «soient réunies».


« DECLARATION DES SYNDICATS DE MAGISTRATS, DE GREFFIERS ET DE LA GARDE DE SECURITE PENITENTIAIRE DU BURKINA FASO SUR LA POURSUITE DE LA SUSPENSION DES ACTIVITES SUITE AUX VIOLENCES COMMISES AU PALAIS DE JUSTICE DE MANGA LE 08 JUIN 2017

Dans une déclaration datée du 10 juin 2017, les syndicats soussignés, après avoir condamné des violences commises contre les acteurs du palais de justice de Manga et leurs locaux, et apporté leur soutien auxdits acteurs, avaient :

- exigé la tenue sans délai d’une rencontre avec le Ministre de la justice des droits humains et de la promotion civique, le ministre d’Etat, ministre de la sécurité, le ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation, afin d’échanger sans faux fuyant sur la situation de Manga, et de façon générale, sur la sécurisation d’ensemble des enceintes des palais et des établissements pénitentiaires ;

Lire aussi: Ouagadougou: des usagers surpris par la grève des acteurs de la justice

- décrété un arrêt de travail de soixante-douze (72) heures à compter de la journée du lundi 12 juin 2017 dans tous les palais de justice et établissements pénitentiaires du Burkina-Faso en signe de solidarité avec les acteurs judiciaires du palais de justice de Manga ;

- prévenu que le mouvement sera reconductible en l’absence de prise de mesures urgentes, efficaces et sans équivoque par les autorités politiques pour créer les conditions de la reprise au palais de justice de Manga telles que mentionnées à travers un procès-verbal ayant sanctionné une assemblée générale tenue par les acteurs dudit palais et dont copie reçue.

La rencontre n’ayant pu se tenir au motif que le ministre d’Etat, ministre de la sécurité serait hors du pays et les conditions posées pour la reprise n’ayant pas été satisfaites, les syndicats informent les acteurs judiciaires et tous ceux que le service public de la justice peut intéresser que le mouvement est reconduit dans tous les palais de justice et établissements pénitentiaires du Burkina-Faso, et cette fois-ci, jusqu’à ce que lesdites conditions soient réunies. »

Ouagadougou, le 14 juin 2017
Le Secrétaire Général du Syndicat des Magistrats Burkinabè (SMB)
Christophe COMPAORE

Le Secrétaire Général du Syndicat Burkinabè des Magistrats (SBM)
Moriba TRAORE

Le Secrétaire Général du Syndicat Autonome des Magistrats du Burkina (SAMAB)
Antoine KABORE

Le Secrétaire Général du Syndicat des Greffiers du Burkina (SGB)
Abdoul-Aziz KAFANDO

P/Le Secrétaire Général du Syndicat National des Greffiers (SYNAG)
Jean LANKOANDE (Chargé de la communication)

P/Le Secrétaire Général du Syndicat National de la Garde de sécurité pénitentiaire (SYNAGSP)
Baba Cheik Salia MOSSE (Secrétaire général adjoint)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir