Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

POLITIQUE

Les élections municipales partielles et complémentaires se tiennent ce dimanche 28 mai 2017 dans 19 communes dont un arrondissement, celui N°4 de la ville de Ouagadougou. Hors mis le dispositif électoral qui s’assurera du bon déroulement des opérations de vote ce dimanche, il existe également un dispositif sécuritaire. Ledit dispositif a été déployé le samedi 27 mai 2017 dans les différentes communes où se tiendront les opérations de vote.

Une équipe de journaliste a constaté de visu le déploiement de ce dispositif sécuritaire dans la commune rurale de Saponé et dans l’arrondissement 4 de Ouagadougou. La sécurité du scrutin est assurée par une combinaison de toutes les forces de défenses et de sécurités.

A Saponé, la commission sécuritaire est dirigée par le lieutenant Landry N’Do de la gendarmerie nationale.  Selon ses explications, les forces de sécurités qu’il coordonne ont pour mission première d’assurer la sécurité au cours des opérations de votes.

La commune rurale compte 50 bureaux de vote et la sécurité de chaque bureau de vote est assurée par deux éléments soit une centaine au total. Outre cela, il est prévu deux piquets de sécurité prêt à intervenir en cas de nécessité ou pour renforcer ceux déjà présents au niveau des bureaux de votes.

« La mission première des éléments sur le terrain est de vraiment s’assurer que le vote se passe dans la quiétude. Telles sont les consignes qui sont données. A cet effet, nous avons deux piquets d’intervention qui sont prêts à intervenir au profit de tous ceux qui sont dans les bureaux de vote afin de pallier à tout débordement qui pourrait subvenir éventuellement », a laissé entendre le Lieutenant Landry N’Do.

Le dispositif sécurité prend aussi en compte le siège de la Commission électorale communale indépendante  (CECI) de Saponé qui est basée à la mairie de la localité.

Notons qu’à Saponé, il y a 15 080 électeurs inscrits et ces derniers devront à nouveau choisir leurs 80 conseillers municipaux parmi les candidats du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

A Ouagadougou, seul l’arrondissement 4 est concerné par la reprise. A notre arrivée dans la nuit du samedi, les éléments de la première compagnie de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) de Ouagadougou était en déploiement. Comme à Saponé, la sécurité du scrutin sera assurée conjointement avec les autres forces de défense et de sécurité.

La CRS de Ouagadougou outre le renfort à ses unités sœurs de  Fada et de Tenkodogo, assurera des patrouilles de dissuasion dans la ville de Ouagadougou en général et dans l’arrondissement 4 de la ville de Ouagadougou.

Pour l’officier de police, Thierry Bado, commandant de la première compagnie de CRS, une cinquantaine de ses hommes sont mise à contribution pour la sécurisation du scrutin dans l’arrondissement 4.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé