Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro lance un «comité politique» après sa démission de l'Assemblée nationale
Etats-Unis: Donald Trump décrète l'«urgence nationale» pour construire son mur
Burkina: environ 55 milliards de FCFA à mobiliser pour la mise en oeuvre du plan d’urgence 2019
Djibo: 2 militaires tués et 6 autres blessés dans l’explosion d’un corps piégé
Burkina: l'Assemblée nationale va financer la construction du siège du CFOP (Alassane Bala Sakandé)
Aéronautique: Airbus annonce la fin de la production de son géant des airs, l'A380
Football: Salitas FC et l'Etoile sportive du Sahel font un nul (0-0) à l'issue de la 2e journée de la Coupe de la Confédération 
Kenya: un léopard noir d'Afrique a été pris en photo, une première depuis un siècle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré va présenter sa déclaration de politique générale le lundi 18 février devant les députés
CAN U20: le Sénégal vainqueur de l'Afrique du sud (1 à 0) jouera la finale contre le Mali qui a éliminé le Nigéria

POLITIQUE

Les élections municipales partielles et complémentaires se tiennent ce dimanche 28 mai 2017 dans 19 communes dont un arrondissement, celui N°4 de la ville de Ouagadougou. Hors mis le dispositif électoral qui s’assurera du bon déroulement des opérations de vote ce dimanche, il existe également un dispositif sécuritaire. Ledit dispositif a été déployé le samedi 27 mai 2017 dans les différentes communes où se tiendront les opérations de vote.

Une équipe de journaliste a constaté de visu le déploiement de ce dispositif sécuritaire dans la commune rurale de Saponé et dans l’arrondissement 4 de Ouagadougou. La sécurité du scrutin est assurée par une combinaison de toutes les forces de défenses et de sécurités.

A Saponé, la commission sécuritaire est dirigée par le lieutenant Landry N’Do de la gendarmerie nationale.  Selon ses explications, les forces de sécurités qu’il coordonne ont pour mission première d’assurer la sécurité au cours des opérations de votes.

La commune rurale compte 50 bureaux de vote et la sécurité de chaque bureau de vote est assurée par deux éléments soit une centaine au total. Outre cela, il est prévu deux piquets de sécurité prêt à intervenir en cas de nécessité ou pour renforcer ceux déjà présents au niveau des bureaux de votes.

« La mission première des éléments sur le terrain est de vraiment s’assurer que le vote se passe dans la quiétude. Telles sont les consignes qui sont données. A cet effet, nous avons deux piquets d’intervention qui sont prêts à intervenir au profit de tous ceux qui sont dans les bureaux de vote afin de pallier à tout débordement qui pourrait subvenir éventuellement », a laissé entendre le Lieutenant Landry N’Do.

Le dispositif sécurité prend aussi en compte le siège de la Commission électorale communale indépendante  (CECI) de Saponé qui est basée à la mairie de la localité.

Notons qu’à Saponé, il y a 15 080 électeurs inscrits et ces derniers devront à nouveau choisir leurs 80 conseillers municipaux parmi les candidats du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

A Ouagadougou, seul l’arrondissement 4 est concerné par la reprise. A notre arrivée dans la nuit du samedi, les éléments de la première compagnie de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) de Ouagadougou était en déploiement. Comme à Saponé, la sécurité du scrutin sera assurée conjointement avec les autres forces de défense et de sécurité.

La CRS de Ouagadougou outre le renfort à ses unités sœurs de  Fada et de Tenkodogo, assurera des patrouilles de dissuasion dans la ville de Ouagadougou en général et dans l’arrondissement 4 de la ville de Ouagadougou.

Pour l’officier de police, Thierry Bado, commandant de la première compagnie de CRS, une cinquantaine de ses hommes sont mise à contribution pour la sécurisation du scrutin dans l’arrondissement 4.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé