Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

POLITIQUE

Les dix organisations et associations de la société civile qui mènent les actions contre l’impunité des crimes de sang et économiques ont débuté leurs activités de 48 heures de journée de dénonciation ce vendredi 19 mai par un forum et des témoignages. Selon le comité d’organisation, deux activités majeures vont ponctuer ces 48 heures de dénonciation de l’impunité  face aux crimes économiques et de sang.


Ce vendredi 19 mai s’est tenu à la Maison du peuple un forum d’échanges et de témoignages sur les crimes de sang et économique.  Et le samedi 20 mai, se tiendra un meeting de dénonciation de l’impunité des crimes de sang et des crimes économiques, de l’aggravation de la vie chère et de la corruption, toujours à la Maison du peuple à 8 heures. Pour ce qui est spécifiquement du campus, il est prévu qu’après la tenue du meeting, il y ait un tournoi de maracana à l’université Ouaga I.

Elie Tarpaga du Comité de défense et d’approfondissement des acquis de l’insurrection populaire (CDAIP) a expliqué que ce forum se veut un espace d’interpellation et un cadre de mobilisation et d’actions conscientes et organisées pour venir à bout de l’impunité des crimes de sang et économiques dans notre pays. «Il est attendu que nous prenons tous la parole pour témoigner sur ce qui nous avons vécu ou vivons directement ou indirectement du système politique et économique mafieux sous la IV République» a affirmé M. Tarpaga.

A l’en croire, au vu des efforts consentis par le peuple burkinabè avec l’insurrection populaire et la résistance au putsch manqué de 2015, on devrait normalement s’attendre à une rupture d’avec les anciennes pratiques. Mais, déplore-t-il, les anciennes pratiques sont légion à savoir la mal gouvernance, l’impunité, la corruption etc.
«Près d’un an et demi après l’arrivée au pouvoir du MPP et alliés, les masses populaires constatent que les avancées révolutionnaires qu’elles ont réalisées à travers l’insurrection populaire d’octobre 2014 et la résistance victorieuse au putsch de septembre 2015 sont en train d’être remises en cause, notamment l’espoir de voir juger correctement les crimes de sang et les crimes économiques » a noté M. Tarpaga

Pour les organisateurs de ces journées de dénonciation, la tenue de cette manifestation permettra au peuple burkinabè de maintenir la pression sur l’exécutif et surtout maintenir la lutte pour défendre et approfondir les acquis de l’insurrection populaire, réclamer la justice pour les martyrs des différents événements et les victimes de la barbarie politique sous la 4e République. Aussi ces journées serviront de cadre pour défendre les libertés démocratiques d’expression et pour refuser la vie chère et la misère.

Au cours de leur forum, ces organisations ont passé en revue tous les crimes économiques et de sang qu’ a connu le Burkina Faso depuis 1987 à nos jours.
Pour ce faire donc, le comité d’organisation appelle la classe ouvrière et le peuple à redoubler d’effort dans la lutte contre l’impunité et à s’organiser encore mieux sur la base des acquis et des leçons tirées de l’insurrection populaire et de la résistance au putsch  de septembre 2015.

En rappel, ces journées de dénonciation de l’impunité ont été initiées par le CDAIP, le MBDHP, le REN-LAC, l’UGEB, l’ABASSEP, l’AESO, l’ODJ, le SYNAMUB, CADDL et la CCVC de la ville de Ouagadougou.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir