Aujourd'hui,
URGENT
Nobel: le prix Nobel de la paix attribué au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed
Tunisie: la justice a décidé de libérer le candidat à la présidentielle Nabil Karoui, en détention pour des soupçons de fraude fiscale
Fonds mondial: le montant des 14 milliards de dollars pour éradiquer le Sida, la tuberculose et le paludisme d'ici à 2030 a été atteint
Littérature: les Nobel de littérature 2018 et 2019 attribués à la Polonaise Olga Tokarczuk et à l’Autrichien Peter Handke
Fonds mondial: le Burkina Faso s’engage pour un montant d’un million de dollars soit près de 595 millions de FCFA
Ouagadougou: une importante quantité de déchets biomédicaux saisie par la Police municipale
Burkina: le collectif des syndicats de l’aéronautique civile suspend son mot d’ordre de grève de 48 heures ( du 11 au 12 octobre)
Téléphonie: le Rwanda présente son premier smartphone « Made in Africa »
Guinée: l'opposition appelle à manifester contre un 3e mandat d'Alpha Condé
Burkina: une trentaine de terroristes neutralisés à Gorgadji (Région du Sahel)

POLITIQUE

Il y a quelques semaines, des policiers ont manifesté pour réclamer plus de transparence dans la gestion des fonds des services payés de la police nationale. Ce jeudi, Simon Compaoré, leur ministre de tutelle, a reconnu en partie que leurs inquiétudes étaient fondées, après la présentation d’un rapport d’investigation qu’il a commandé.


Le rapport établit que sur 408 institutions financières et hôtelières que la police sécurise, 232 contrats sont formellement établis, 2 partiellement signés et 174 inexistants.
Quatorze sociétés minières sont sécurisées par 14 contrats. Dix ont des contrats conformes et quatre sans contrats. Les recettes générées par l’ensemble des prestations rétribuées s’élèvent à plus de 2 milliards de FCFA.

A cause d’un d’un texte de 1979 aujourd’hui dépassé et qui « a laissé des failles qui ont été retracées avec beaucoup de sincérité par les inspecteurs au niveau de l’inspection générale», précise Simon Compaoré, la manne a été inégalement répartie. La portion congrue aux hommes de terrain, et la part de lion aux grands chefs, si l’on en croit le document.

Au total, 1,473 millions ont été repartis entre le personnel et le fonctionnement. Sur cette cagnotte, 1,100 millions de FCFA, soit 74% des recettes ont été affectée au personnel. Le reliquat, 373 millions –soit 25%-, pour le fonctionnement, précise le rapport.

Et 5% des recettes sont remis à la Direction général de la police nationale. Cette somme était destinée à l’amical club de la police nationale pour ses « œuvres sociales ».  Ce club n’existe plus. Les plus de 10 millions de FCFA destinés aux œuvres sociales aurait été réparti entre le directeur général de la police et ses collaborateurs.

C’est ainsi que 131 millions ont été versés à 28 personnes en 14 mois.  Le directeur général de la police aurait empoché plus de 22 millions, son adjoint 14 millions, le directeur de la Sécurité publique, 19 millions, le directeur des Unités d’intervention, 10 millions …

«Ceux qui font les prestations sont issus du Groupement des compagnies républicaines de sécurité (GRCS). Un certain montant leur est envoyé, sur lequel il a été prélevé des sommes sous le vocable d’action psychologique pour désintéresser les 28 personnes qui ont été citées », précise Saidou Zetiyenga, le présentateur du rapport.
 Rappelons qu’à la suite de cette crise, le directeur général de la police, Lazare Tarpaga, avait démissionné, pour, dit-il, « préserver la cohésion. »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé