Aujourd'hui,
URGENT
Egypte: au moins 235 personnes ont été tuées et 109 autres blessées dans un attentat contre une mosquée du Nord-Sinaï 
Zimbabwe: Emmerson Mnangagwa (vice-président) succède officiellement à Robert Mugabe
Classement Fifa: Les Étalons du Burkina 6e en Afrique et 44e dans le monde 
Burkina: la production céréalière prévisionnelle de la campagne agricole 2017-2018 estimée à 4 552 273 tonnes.
Burkina: la production céréalière en baisse de 0,32% par rapport à la campagne agricole précédente.
Burkina: la production céréalière en baisse de 1,01% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. 
Burkina: les productions céréalières prévisionnelles rapportées aux besoins de consommation font ressortir un déficit brut de 72 677 tonnes
Campagne agricole: près de 3 millions de Burkinabè seront en situation d'urgence alimentaire
La Haye: Ratko Mladić condamné à la prison à perpétuité
Campagne agricole: 17 provinces déficitaires (Conseil des ministres)

POLITIQUE

L’arrestation du P-DG du groupe Kanis international, Inoussa Kanazoé, et l’affaire du « riz en plastique » défraient la chronique au Burkina Faso. Et une organisation de la société civile, en l’occurrence le Collectif pour un peuple uni (CPPU), est montée au créneau mercredi 17 mai 2017 pour défendre Inoussa Kanazoé accusé de fraude fiscale. C’était au cours d’une conférence de presse tenue à Bobo- Dioulasso.


Selon le coordonnateur du CPPU, Aziz Ouattara, les autorités burkinabè procèderaient présentement à une « chasse aux bailleurs économiques nationaux ».  D’où la récente arrestation d’Inoussa Kanazoé. Selon le collectif, la polémique sur la présence supposée de riz en plastique sur le marché burkinabè concoure à des manœuvres politiques pour décrédibiliser Kanis international au profit d’un concurrent.

« Comment comprendre que seulement quelques jours après l’arrestation de l’opérateur économique Inoussa Kanazoé et ses collaborateurs, l’on découvre du riz fait à base de sachet plastique dans notre pays ? Est-ce encore pour salir le groupe Kanis international ? Ou celui qu’on a voulu positionner n’a pas trouvé le bon réseau ? » S’est insurgé le coordonnateur du CPPU au cours de la conférence de presse.

Pour parvenir à décrisper la situation, le Collectif a fait des recommandations aux autorités  au nombre desquelles l’on peut retenir : l’instauration d’un dialogue social entre le gouvernement et les opérateurs économiques ; la lumière sur cette affaire de riz en plastique.

Enfin, le collectif souhaite « qu’on juge tous les dossiers de crime économique de ces dernières cinquante années ». Du reste, le CPPU prévoit l’organisation d’une marche contre la justice le samedi 20 mai prochain à Ouagadougou.

La position d’Aziz Ouattara ne semble pas avoir l’assentiment de tous les Burkinabè et cette situation lui vaudrait présentement des menaces et des intimidations, selon l’intéressé lui-même

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir