Aujourd'hui,
URGENT
USA : la dernière version du décret anti-immigration du président américain a été bloquée par la justice.
Développement : le président de la BAD assure que l’Afrique détient la clé pour nourrir 9 milliards de personnes d’ici à 2050. 
Education : le Conseil des ministres approuve le recrutement de 250 enseignants dans les domaines techniques et 400 conseillers techniques.
Santé: un projet de loi portant fonction publique hospitalière adopté en conseil des ministres.
Finances: les dépenses des collectivités territoriales en 2015 se chiffraient à 182 milliards de FCFA. 76 milliards de FCFA exécutés.
Finances: les recettes des collectivités territoriales en 2015 estimées à 181,32 milliards de FCFA. 62% mobilisés (Conseil des ministres).
Football: la saison 2017-2018 du «Fasofoot», championnat national, débute ce vendredi 20 octobre. 
Justice: le MBDHP appelle à une marche le 4 novembre 2017 pour réclamer le jugement des dossiers de l'insurrection et du putsch.
Kenya : une membre de la commission électorale démissionne, en accusant ses collègues de partialité.
Justice: la deuxième promotion de l’Ecole nationale de la Garde de sécurité pénitentiaire (119 éléments) a effectué sa sortie ce 17 octobre

POLITIQUE

Une enquête du ministère de la Sécurité intérieure, divulgué le 18 mai 2017, révèle un certain nombre de fautes imputées à la hiérarchie policière dans la gestion des services payés offerts aux organisations privées. Ce service avait été à la base d'une grogne des CRS qui a entrainé la démission du directeur général de la police, Lazare Tarpaga.


Dans son mot introductif, le Ministre d'Etat, Ministre de la Sécurité a situé le contexte de la rencontre. «Ce qui va être exposé fait partie de l’exercice de transparence et de redevabilité. La synthèse du travail des inspecteurs seront envoyés au Président du Faso et au Premier Ministre», a dit Simon Compaoré.

Selon l'Inspecteur Général des Services (IGS), 166 services assurant des services payés ont été contrôlés dans la période du période du 1er janvier 2016 à fin février 2017. Au total 408 institutions financières/hôtelières sont sécurisées. «Contrats formellement établis (232), contrats partiellement signés (02), contrats inexistants (174) », a expliqué l'IGS.

S'agissant du nombre des sociétés minières sécurisées, il est de 14, avec 10 contrats conformes et 4 contrats inexistants. «Les recettes générées par l'ensemble des prestations rétribuées des services de la police pour la période de janvier 2016 à février 2017 s'élèvent à 2 166 877 541 FCFA (environ 154 776 967 FCFA mensuellement). Sociétés minières: 683 433 678 FCFA. Structures financières, hôtelières et autres prestations: 1 483 443 863 FCFA», a poursuivi l'Inspecteur Général.

Comme insuffisances, les inspecteurs ont relevé entre autres, la non définition préalable des dépenses éligibles, la non définition de la nature des pièces justificatives à produire pour toute dépense, la gestion opaque de cette rubrique (tantôt le premier responsable et le régisseur, tantôt par le premier responsable tout seul, tantôt par le comité de gestion quand il existe, l'absence d'un comité de gestion formes avec des attributions claires...

A noter que les inspecteurs ont formulé 17 recommandations: harmoniser la clé de répartition des SP pour l'ensemble des services de police par un acte réglementaire; veiller à obtenir des justificatifs pour toute dépense effectuée sur les recettes des services payés; responsabiliser un régisseur pour la gestion des SP provenant des sites miniers; libeller les chèques au nom des structures et non à celui des individus; établir des factures pour les paiements des prestations occasionnelles; rendre compte périodiquement compte de la gestion des SP à la hiérarchie, faire approuver tous les contrats par le DG de la Police Nationale; soumettre tous les contrats de sécurisation des sites miniers à la signature du DG de la Police Nationale etc.

Source: DCPM/Ministère de la Sécurité

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Les députés démissionnaires du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) doivent purement et simplement rendre leur mandat et quitter le parti.

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé