Aujourd'hui,
URGENT
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 

POLITIQUE

Ceci est le compte-rendu de la conférence des présidents de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder), tenue le 10 mai à Ouagadougou.



«Le mercredi 10 mai 2017 de 10 heures à 13 heures 40 minutes, la conférence des présidents de la Coalition pour la Démocratie et la réconciliation nationale (CODER) s'est réunie au siège du CDP sous la présidence de M. Rasmané OUEDRAOGO à l'effet d'examiner les points inscrits à l'ordre du jour suivant :

1.    État d'exécution du plan de travail de la Coalition ;
2.    Examen de l'actualité nationale ;
3.    Informations et divers.

Au titre de l'exécution du plan de travail de la CODER, la conférence a noté avec satisfaction la finalisation en cours des listes des membres des structures internes notamment les commissions spécialisées et les structures spécifiques des jeunes, des femmes et des aînés.  La conférence des présidents a ensuite pris connaissance de l'état d'avancement de la rédaction du mémorandum sur la réconciliation nationale. Elle a noté avec satisfaction les progrès notables enregistrés et estime pouvoir être dans les délais pour sa finalisation. Les présidents ont ensuite procédé à l'analyse de l'action gouvernementale et ont passé au peigne fin la situation nationale en général et partant les effets induits tant sur le plan économique que social des actions gouvernementales  en particulier.
La Conférence des Présidents a fait des suggestions sur l'organisation de panels sur la relance économique et l'approfondissement de la démocratie dans notre pays. Elle a ensuite autorisé le 1er vice-président à étaler le plan de communication sur une année au lieu d'un trimestre.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour relatif à l'actualité nationale, la Conférence des Présidents a fait un tour d'horizon des faits marquants et donné son point de vue sur les événements suivants :

Du procès des membres du dernier gouvernement du président Compaoré :
La conférence des Présidents, tout en réaffirmant son attachement à une Justice indépendante, impartiale et équitable, et au tryptique : Vérités-Justice-Réconciliation, s'est inquiétée du fait que la Haute Cour de Justice sensée dire le droit et rien que le droit ne se soit pas pliée aux exigences constitutionnelles en transférant les exceptions d'inconstitutionnalité soulevées par devant elles par les avocats des personnalités poursuivies, en application de l'article 157 de notre loi fondamentale. La CODER souhaite et espère que dans tous les cas, force restera à la loi en ce sens que comme il en a la compétente, le Conseil Constitutionnel peut et doit s'autosaisir de ces exceptions et les vider pour que le peuple burkinabé soit définitivement situé. Le Burkina Faso doit rester un Etat de Droit.

S'agissant des mouvements sociaux, la conférence des Présidents exhorte le gouvernement à faire droit aux revendications légitimes des travailleurs à travers un examen minutieux et loyal des plates-formes revendicatives des partenaires sociaux. En outre, elle enjoint le gouvernement de mettre un terme à sa stratégie malsaine d'opposition des travailleurs au  reste de la population.
En ce qui concerne  la proposition de loi liberticide sur le droit grève, la CODER partage entièrement la vision de l'Unité d'Action Syndicale (UAS) et exige du gouvernement et de l'Assemblée Nationale le retrait pur et simple de la proposition de loi.

Sur la crise actuelle au sein du Haut Conseil pour la Réconciliation et l'Unité Nationale (HCRUN), la Conférence des Présidents exhorte le gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires et diligentes pour créer les conditions d'apaisement au sein de cette institution afin de lui permettre de poursuivre avec sérénité sa mission.

Enfin, pour ce qui est des démissions suscitées  au sein du CFOP, la CODER fait remarquer que le  MPP, parti au pouvoir, est coutumière de telles pratiques depuis le CDP dont ils étaient les têtes pensantes et les bras anti-démocratiques.  Il est donc temps d'arrêter les vielles méthodes de désunion de l'opposition par la distribution de prébendes à certains partis de l'opposition. La méthode vétuste et surannée n'a aucune prise sur le CFOP et sur l'opinion. « Le plus rien ne sera comme avant » n'est pas seulement un slogan.

Le président de la CODER a ensuite donné une série d'informations avant de lever la séance. »

JUSTICE - RECONCILIATION – PAIX
Fait à Ouagadougou, le 10 mai 2017
Pour La conférence des Présidents, le porte-parole de la CODER
Achille M. J. TAPSOBA

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé