Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

POLITIQUE

L’association «Comité international mémorial Thomas Sankara» (CIM-TS) a procédé ce mercredi 10 mai 2017 avec l’appui technique du ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat au lancement du concours international d’architecture en vue de la conception d’une œuvre architecturale du Mémorial Thomas Sankara sur le site du Conseil de l’Entente situé au secteur 3 de la ville de Ouagadougou.


Ce projet de construction d’un mémorial Thomas Sankara est né, selon le président de l’association CIM-TS Bernard Sanou, de la volonté de fédérer plusieurs initiatives pour rendre visible le plan d’action de la révolution burkinabè d’août 1983.  Le concours comporte deux degrés dont le premier concerne les propositions d’idées. A cette étape, aux dires du président du CIM-TS, il y aura une présélection des dix meilleures idées. Quant au second degré, lui concerne les propositions de l’avant-projet sommaire de l’œuvre architecturale et mobilisera les 10 meilleures propositions du premier degré. A l’issue du second degré, les 5 meilleurs projets seront primés et les primes varient entre 10 millions pour le premier projet et 1 millions pour le 5ème projet. Pour M. Sanou, les projets retenus à la première et à la deuxième étape seront soumis à l’appréciation d’un jury constitué de huit membres.

«En effet, plusieurs initiatives de création de centres culturels étaient en gestation, portées par de bonnes volontés qui souhaitaient créer des espaces spéciaux pour des activités culturelles, politiques et sociales qui permettent aux Burkinabè, aux hommes et femmes du monde entier de revivre des œuvres de la période révolutionnaire de 1983 à 1987», a expliqué M. Sanou. A l’écouter, c’est dans ce contexte que le projet de mémorial Thomas Sankara constitue une initiative fédératrice visant à mettre en commun toutes les idées initiatives et moyens intellectuels, matériels financiers afin de voir naitre enfin un espace digne du père de la révolution burkinabè.

Le concours s’étale sur deux mois c’est-à-dire à partir du 11 mai qui est la date d’ouverture jusqu’au 26 juillet prochain. Peuvent participer à ce concours, les architectes individuels ou cabinets d’architecture agrées, nationaux ou internationaux. Les associations ou regroupements sont admis à condition de présenter un acte de groupement certifié par un notaire. Les dossiers peuvent être consultés gratuitement sur place au siège de l’association ou être acquis contre la somme non remboursable de 200 000 francs CFA. A l’issue de ce concours, les prochaines étapes seront le lancement d’une campagne nationale et internationale de souscription populaire pour le financement et la collecte d’archive.

Il faut aussi rappeler que l’année 2017 constitue les 30 ans de l’assassinat de Thomas Sankara et ses camarades d’infortunes. Le comité international mémorial Thomas Sankara en synergie avec d’autres initiatives comptent commémorer ces 30 ans à travers une série d’activités au Burkina Faso et dans le monde.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé