Aujourd'hui,
URGENT
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés
Cyclisme: Le Burkinabè Bachirou Nikiéma remporte le grand prix de la ville d'Abidjan
Cédéao: Mise en place d'un plan quinquennal de lutte contre le terrorisme d'un montant de près 596 milliards de FCFA
Cyclisme: le Burkinabè Paul Daumont remporte le tour cycliste international de Côte d'Ivoire
Cameroun: le président Paul Biya convoque "un grand dialogue national" sur la crise au Cameroun anglophone
RDC: déraillement meurtrier d’un train dans le Tanganyika, plus de 50 morts
Burkina: des organisations syndicales se démarquent de la journée nationale de protestation initiée par l'Unité d'action populaire
Burkina:  l’UPC invite le gouvernement «à reprendre sans délai les négociations avec les syndicats de la santé»

POLITIQUE

La journée du 9 mai est consacrée chaque année à l’Union européenne (UE). A l’occasion de celle de 2017, l’Ambassadeur Jean Lamy, représentant l’UE au Burkina a organisé une réception à son domicile de Ouagadougou. Parmi ses invités de marque, des membres du gouvernement burkinabè devant qui il est revenu sur la coopération entre son institution et le Burkina.


Le traditionnel discours du représentant de l’UE s’est axé sur la «triple» importance pour l’Europe, l’Afrique et le Burkina que revêt le 9 mai de cette année 2017. D’abord parce que l’année 2017 est celle du 60ème anniversaire du Traité de Rome, en mars 1957, qui a posé les bases de ce qui est aujourd’hui l’Union européenne, la 2ème économie du monde, un partenaire économique et commercial majeur, une puissance solidaire qui est aussi le «premier donateur d’aide au développement dans le monde».

L’UE selon Jean Lamy, ce sont «60 années de paix, de protection des travailleurs, d’opportunités pour les affaires, soixante années de solidarité,  de liberté et de droits».
Le diplomate reconnait cependant que, «si, vu de l’extérieur, l’Europe continue à faire rêver, en son sein beaucoup se posent des questions».  «2017 est une année où l’Europe apparaît à la croisée des chemins, où elle s’interroge sur son destin et sur sa raison d’être, avec des événements politiques importants, que l’on peut mentionner, et qui ne vont pas tous dans le même sens», fait remarquer l’Ambassadeur Lamy.

Toutefois, il indique que «l’Europe est un multiplicateur d’efficacité avec ses Etats-membres quand il s’agit d’affronter collectivement les grands défis de notre époque, comme ceux de la sécurité, du développement économique et du commerce juste, de la lutte contre le changement climatique. L’Europe est aussi un multiplicateur d’efficacité avec ses partenaires dans le reste du monde,  dans son action extérieure, politique et de coopération».

Avec l’ensemble du continent africain, les bases des relations seront réexaminées lors du sommet Afrique-Union européenne qui se tiendra en fin novembre à Abidjan, et qui aura pour thème «investir dans la jeunesse», a indiqué M. Lamy. Pour son prochain partenariat avec l’Afrique, l’Europe se présente avec une offre nouvelle de coopération qui a pour mots-clés : gouvernance et sécurité, investissement et emploi, jeunesse et femmes, énergie et transformation…

Des relations de l’UE avec le Burkina Faso, là aussi, l’année 2017 est une année clé selon Jean Lamy car, «c’est l’année de l’enclenchement du  processus pour permettre la mise en œuvre du Plan national pour le développement économique et social». A ce sujet, le diplomate ajoute que pour aider à atteindre les résultats recherchés, «le combien, qui  est fluctuant, dépend aussi largement du comment».  «Le dialogue nécessaire pour rendre efficace la coopération de l’Europe avec le Burkina Faso est plus qu’un simple dialogue, à deux, entre d’une part les autorités burkinabè et d’autre part l’institution UE qui n’est rien sans les Etats-membres qui la constituent. C’est un dialogue plus large», a laissé entendre M. Lamy à ses hôtes.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé