Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 

POLITIQUE

La journée du 9 mai est consacrée chaque année à l’Union européenne (UE). A l’occasion de celle de 2017, l’Ambassadeur Jean Lamy, représentant l’UE au Burkina a organisé une réception à son domicile de Ouagadougou. Parmi ses invités de marque, des membres du gouvernement burkinabè devant qui il est revenu sur la coopération entre son institution et le Burkina.


Le traditionnel discours du représentant de l’UE s’est axé sur la «triple» importance pour l’Europe, l’Afrique et le Burkina que revêt le 9 mai de cette année 2017. D’abord parce que l’année 2017 est celle du 60ème anniversaire du Traité de Rome, en mars 1957, qui a posé les bases de ce qui est aujourd’hui l’Union européenne, la 2ème économie du monde, un partenaire économique et commercial majeur, une puissance solidaire qui est aussi le «premier donateur d’aide au développement dans le monde».

L’UE selon Jean Lamy, ce sont «60 années de paix, de protection des travailleurs, d’opportunités pour les affaires, soixante années de solidarité,  de liberté et de droits».
Le diplomate reconnait cependant que, «si, vu de l’extérieur, l’Europe continue à faire rêver, en son sein beaucoup se posent des questions».  «2017 est une année où l’Europe apparaît à la croisée des chemins, où elle s’interroge sur son destin et sur sa raison d’être, avec des événements politiques importants, que l’on peut mentionner, et qui ne vont pas tous dans le même sens», fait remarquer l’Ambassadeur Lamy.

Toutefois, il indique que «l’Europe est un multiplicateur d’efficacité avec ses Etats-membres quand il s’agit d’affronter collectivement les grands défis de notre époque, comme ceux de la sécurité, du développement économique et du commerce juste, de la lutte contre le changement climatique. L’Europe est aussi un multiplicateur d’efficacité avec ses partenaires dans le reste du monde,  dans son action extérieure, politique et de coopération».

Avec l’ensemble du continent africain, les bases des relations seront réexaminées lors du sommet Afrique-Union européenne qui se tiendra en fin novembre à Abidjan, et qui aura pour thème «investir dans la jeunesse», a indiqué M. Lamy. Pour son prochain partenariat avec l’Afrique, l’Europe se présente avec une offre nouvelle de coopération qui a pour mots-clés : gouvernance et sécurité, investissement et emploi, jeunesse et femmes, énergie et transformation…

Des relations de l’UE avec le Burkina Faso, là aussi, l’année 2017 est une année clé selon Jean Lamy car, «c’est l’année de l’enclenchement du  processus pour permettre la mise en œuvre du Plan national pour le développement économique et social». A ce sujet, le diplomate ajoute que pour aider à atteindre les résultats recherchés, «le combien, qui  est fluctuant, dépend aussi largement du comment».  «Le dialogue nécessaire pour rendre efficace la coopération de l’Europe avec le Burkina Faso est plus qu’un simple dialogue, à deux, entre d’une part les autorités burkinabè et d’autre part l’institution UE qui n’est rien sans les Etats-membres qui la constituent. C’est un dialogue plus large», a laissé entendre M. Lamy à ses hôtes.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé