Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

POLITIQUE

A l’occasion de son meeting populaire de protestation du samedi 29 avril à Ouagadougou, le Chef de file de l’opposition politique au Burkina (CFOP) est revenu sur la situation économique et sociale au pays des Hommes intègres.


L’opposition politique, par la voix de son chef de file, n’entend pas se laisser intimider par ce qu’elle qualifie de «pleurnicheries» du parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Selon Zéphirin Diabré, «le MPP dit partout et surtout aux chefs coutumiers que le CFOP veut les pousser pour qu’ils tombent et aux opérateurs économiques que le CFOP veut empêcher le Plan national de développement économique et social». A cela, M. Diabré répond : «on n’a pas besoin de pousser quelqu’un qui est déjà mal assis. C’est parce qu’ils savent que le Pndes va échouer qu’ils cherchent déjà des boucs émissaires.» Pour l’opposition, avec le pouvoir en place, c’est «le tâtonnement, l’hésitation et l’amateurisme».

Le CFOP affirme que depuis que le MPP est au pouvoir, l’économie burkinabè est en «panne» et que le pays est «sec» comme un puits dans le désert. «Ils nous ont annoncé à grand renfort de publicité qu’ils avaient un Pndes et que à Paris, les blancs leurs ont donné 18.000 milliards de francs CFA. Depuis, rien ! Où est passé l’argent ? Soit ils ont menti, soit ils l’ont détourné. Il faut que le MPP nous dise où sont rentrés ces 18.000 milliards. Si le Premier ministre Paul Kaba Thiéba revient l’an prochain pour son discours sur l’état de la nation, et ne nous dis pas où sont rentrés les 18.000 milliards de Paris, non seulement l’hémicycle sera étroit pour lui, mais la ville de Ouagadougou sera étroite pour tout son gouvernement», a martélé Zéphirin Diabré.

D’ores et déjà, le CFOP lance un appel à ses militants à se tenir prêt pour un sit-in devant l’Assemblée nationale ce jour là. Zeph entend d’ailleurs introduire une motion de censure contre le gouvernement Thiéba à l’AN les jours à venir.

«Des OSC instrumentalisée»

Selon le CFOP, pendant que les Organisations de la société civile sérieuses (OSC) s’adonnent au travail d’éveil des consciences et de vigilance qui est leur raison d’être, il existerait des pseudos OSC, surtout après l’insurrection, «montées de toute pièces» par des «aventuriers» qui ont senti qu’il y avait là un filon à exploiter. Zeph a invité par conséquent les OSC «sérieuses» à se démarquer de celles opportunistes.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé