Aujourd'hui,
URGENT
RDC: 50 morts dans le naufrage d’une embarcation dans le Nord-Ouest (RFI)
Putsch manqué: le procès rouvert ce 25 mai a été renvoyé au mardi 12 juin pour débuter avec l'interrogatoire des accusés
Burkina: Boureima Ouédraogo,  Ingénieur statisticien, nommé Directeur général de l’Institut national des statistiques et de la démographie
Burkina: 19 organisations syndicales ont invité ce 25 mai le gouvernement à respecter les textes régissant la liberté syndicale
Fespaco 2019 : le gouvernement burkinabè octroie un milliard de francs CFA pour accompagner les cinéastes burkinabè
Ouagadougou: un policier de l’UIP-PN tué par des individus armés non identifiés
Diplomatie: le Burkina Faso rompt ses relations diplomatiques avec Taiwan (Officiel)
Burkina: 18 organisations syndicales dénoncent «une violation des libertés syndicales».
Sport: la 10e édition de Altitude Nahouri se tiendra le 23 juin 2018 à Po, province du Nahouri
Italie: Giuseppe Conte désigné chef du gouvernement

POLITIQUE

A l’occasion de son meeting populaire de protestation du samedi 29 avril à Ouagadougou, le Chef de file de l’opposition politique au Burkina (CFOP) est revenu sur la situation économique et sociale au pays des Hommes intègres.


L’opposition politique, par la voix de son chef de file, n’entend pas se laisser intimider par ce qu’elle qualifie de «pleurnicheries» du parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Selon Zéphirin Diabré, «le MPP dit partout et surtout aux chefs coutumiers que le CFOP veut les pousser pour qu’ils tombent et aux opérateurs économiques que le CFOP veut empêcher le Plan national de développement économique et social». A cela, M. Diabré répond : «on n’a pas besoin de pousser quelqu’un qui est déjà mal assis. C’est parce qu’ils savent que le Pndes va échouer qu’ils cherchent déjà des boucs émissaires.» Pour l’opposition, avec le pouvoir en place, c’est «le tâtonnement, l’hésitation et l’amateurisme».

Le CFOP affirme que depuis que le MPP est au pouvoir, l’économie burkinabè est en «panne» et que le pays est «sec» comme un puits dans le désert. «Ils nous ont annoncé à grand renfort de publicité qu’ils avaient un Pndes et que à Paris, les blancs leurs ont donné 18.000 milliards de francs CFA. Depuis, rien ! Où est passé l’argent ? Soit ils ont menti, soit ils l’ont détourné. Il faut que le MPP nous dise où sont rentrés ces 18.000 milliards. Si le Premier ministre Paul Kaba Thiéba revient l’an prochain pour son discours sur l’état de la nation, et ne nous dis pas où sont rentrés les 18.000 milliards de Paris, non seulement l’hémicycle sera étroit pour lui, mais la ville de Ouagadougou sera étroite pour tout son gouvernement», a martélé Zéphirin Diabré.

D’ores et déjà, le CFOP lance un appel à ses militants à se tenir prêt pour un sit-in devant l’Assemblée nationale ce jour là. Zeph entend d’ailleurs introduire une motion de censure contre le gouvernement Thiéba à l’AN les jours à venir.

«Des OSC instrumentalisée»

Selon le CFOP, pendant que les Organisations de la société civile sérieuses (OSC) s’adonnent au travail d’éveil des consciences et de vigilance qui est leur raison d’être, il existerait des pseudos OSC, surtout après l’insurrection, «montées de toute pièces» par des «aventuriers» qui ont senti qu’il y avait là un filon à exploiter. Zeph a invité par conséquent les OSC «sérieuses» à se démarquer de celles opportunistes.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé