Aujourd'hui,
URGENT
Meeting du CED: le Naaba Kiiba de Tampouy met en garde Pascal Zaïda
USA : la dernière version du décret anti-immigration du président américain a été bloquée par la justice.
Développement : le président de la BAD assure que l’Afrique détient la clé pour nourrir 9 milliards de personnes d’ici à 2050. 
Education : le Conseil des ministres approuve le recrutement de 250 enseignants dans les domaines techniques et 400 conseillers techniques.
Santé: un projet de loi portant fonction publique hospitalière adopté en conseil des ministres.
Finances: les dépenses des collectivités territoriales en 2015 se chiffraient à 182 milliards de FCFA. 76 milliards de FCFA exécutés.
Finances: les recettes des collectivités territoriales en 2015 estimées à 181,32 milliards de FCFA. 62% mobilisés (Conseil des ministres).
Football: la saison 2017-2018 du «Fasofoot», championnat national, débute ce vendredi 20 octobre. 
Justice: le MBDHP appelle à une marche le 4 novembre 2017 pour réclamer le jugement des dossiers de l'insurrection et du putsch.
Kenya : une membre de la commission électorale démissionne, en accusant ses collègues de partialité.

POLITIQUE

Premier du genre sous l’ère Roch Marc Kaboré, le meeting populaire de protestation de l’opposition politique burkinabè aura drainé du beau monde à la maison du peuple de Ouagadougou ce samedi 29 avril 2017. Après un an de pouvoir MPP, l’opposition politique estime que «le Burkina stagne».


A l’occasion de ce meeting, le Chef de file de l’opposition (CFOP) a dévoilé sa plateforme politique qui servira désormais de base d’interpellation du gouvernement. Le document en question, selon Jean Hubert Bazié, de la Convergence de l’Espoir, «sera réactualisé chaque année en y soustrayant les questions pour lesquelles l’opposition juge l’action du gouvernement satisfaisante et en y ajoutant les nouveaux échecs constatés». Il ajoute d’ailleurs que le document en question préfigure «l’architecture de ce qui pourrait le moment venu, être un programme commun à tous les partis d’opposition pour proposer aux Burkinabè l’alternative qu’ils attendent déjà».

Sur la gouvernance politique et juridique, l’opposition, par la voix de Léonce Koné, du CDP, invite le président du Faso à «engager une concertation» avec toutes les parties prenantes dans l’optique de déterminer le «moment le plus opportun pour opérer ce passage à la Vème République». Adama Sosso secrétaire général de l’UPC a abordé pour sa part la gouvernance économique et du développement. Il a invité le Président Kaboré  à «proposer en urgence un plan de relance des unités de production à l’arrêt» et à veiller à accroître de manière «substantielle» la production énergétique du pays en libéralisant le secteur tout en s’assurant que cela se passe dans des conditions de transparence. Sur le plan de la gouvernance sociale, la députée Marie Rose Sawadogo/Ouédraogo de l’ADF/RDA propose pour un développement de l’enseignement supérieur, de «faire élire les présidents d’universités par leurs pairs».

«Le MPP a trahi l’idéal de l’insurrection»

Pour Zéphirin Diabré, «l’actuel parti au pouvoir a trahi l’idéal de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014». Selon le CFOP, il n’y a nul doute que «les dirigeants du MPP ont peur de la colère du peuple et c’est pourquoi ils passent le temps à diaboliser le CDP le jour et passe dans la nuit pour récupérer les membres de ce même  parti en pièces détachées». Le CFOP dans sa pluralité conclut que «le MPP gère mal le Burkina Faso». Il martèle en plus qu’ «au lieu d’être la solution, le MPP est devenu un véritable problème pour le pays». Pour le CFOP donc, le MPP devrait revoir sa copie au risque de subir les conséquences d’une seconde insurrection populaire.

Sur les 27 années de gestion sous Blaise Compaoré

Zéphirin Diabré pose la question de savoir avec qui Blaise Compaoré a-t-il géré ce pays pendant les 27 ans  et qui a profité de toutes ces années de gestion ? Ce qui lui a valu d’ailleurs les félicitations de Mahamadi Kouanda, un ténor du CDP.  Pour "Zeph", «les leaders du MPP sont mal placés pour donner des leçons de morale et pour dire qui doit fréquenter qui dans ce pays».
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Les députés démissionnaires du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) doivent purement et simplement rendre leur mandat et quitter le parti.

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé