Aujourd'hui,
URGENT
Burkina Faso : Morgan Henry, un sergent-chef de Barkhane retrouvé mort dans son campement le 16 février. Cause inconnue, enquête ouverte. 
Burkina: Le Premier ministre, Christophe Dabiré, effectue, les 14 et 15 février 2020, une visite officielle dans la région du Sud-Ouest. 
Yagha: un Pasteur et des membres de sa famille -dont ses enfants- exécutés ce 13 février 2020  par des hommes armés non identifiés. 
Fada N'Gourma : 8 assaillants abattus et un autre capturé le 10 février 2020 dans l'attaque contre le poste de gendarmerie de Tanwalbougou.
Chine: le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a dépassé 20 400, le virus a tué 425 personnes.  
USA: Le célèbre basketteur Kobe Bryant est mort dans un accident d'hélicoptère. Il était âgé de 41 ans.
Burkina: la suspension d’importation de certains produits a apporté 8 milliards de FCFA aux industries locales (AIB)
Mali: le gouvernement fixe les législatives à mars et avril 2020
Sahel: la France va envoyer des renforts supplémentaires au Sahel, en sus du renfort des 220 soldats annoncé à Pau
Burkina: la loi portant institution de Volontaires pour la défense de la Patrie (VDP) adoptée par l'Assemblée nationale

POLITIQUE

Le sergent-chef Aly Sanou a été condamné ce jeudi 6 avril 2017 à 17 ans de prison ferme pour complot militaire par le tribunal militaire de Ouagadougou. Même tarif ainsi pour le sergent Ollo Stanislas Sylvère Poda.  Treize autres inculpés ont écopé de 10 ans d’emprisonnement pour le même motif. Deux accusés ont été relaxés, dont le seul civil groupe Sabkou Yago, qui était poursuivi pour recel de malfaiteurs.


Après plus de six heures de délibération, le tribunal a décidé de reconnaitre en ce qui concerne les faits de complot militaire, la culpabilité de 15 accusés. Parmi ces 15 accusés, deux prennent 17 ans  de prison ferme : le sergent-chef Aly Sanou, considéré comme le cerveau, et le sergent Ollo Stanislas Sylvère Poda.

Les 13 autres jugés coupables de complot militaire ont écopé chacun d’une condamnation ferme de 10 ans. Il s’agit des soldats de 1re classe Bienvenu Ollé Kam, Boureima Zouré, Hamado Zongo, Djimaldine Napon, Abou Ouattara, des soldats de 2e classe Handi Yonli, Aboubakren Ould Hamed, Yssouf Traoré, Seydou Soulama, des caporaux Abdoul Nafion Nébié, Desmond Toé, Hamidou Drabo et du sergent Salif Couldiaty.

Pour le fait de désertion à l’étranger en temps de paix, les sergents-chefs Laoko Mohamed Zerbo, Roger Koussoubé et l’adjudant Kossè Ouékouri ont écopé chacun de 3 mois de prison ferme.

Le caporal Issaka Ouédraogo, reconnu coupable pour les faits de désertion à l’étranger en temps de paix et de détention illégale d’armes et de munitions a été condamné à 6 mois  de prison assortis de sursis.

Le tribunal a décidé d’acquitter le seul civil Sabkou Yago et le soldat de 1re classe Salfo Kosporé pour infraction non constituée. Ils étaient poursuivis respectivement pour recel de malfaiteurs et de complicité de vol aggravé.

En outre, le tribunal a prononcé la confiscation du scellé constitué de matériels militaires au bénéfice des Forces armées nationales burkinabè et la confiscation du véhicule de Aly Sanou ayant servi au transport des armes volées et à la fuite des assaillants au profit du Trésor public burkinabè.

Me Fako Bruno Ouattara, l’avocat de Aly Sanou, s’est dit très surpris par cette condamnation et s’est immédiatement pourvu en cassation. « La décision est lourde à mon sens et en même temps nous comprenons ladite décision. Le RSP (Régiment de sécurité présidentielle), ce n’est pas du jeu car ils ont fait des gaffes. L’opinion publique attendait des décisions et nous comprenons le tribunal qui voulait satisfaire l’opinion publique », a-t-il indiqué. 

Me Odilon Gouba, conseil du sergent Ollo Stanislas Poda s’est dit pour sa part très déçu de la condamnation de son client à 17 ans ferme. « C’est vrai qu’il a commis une erreur, mais qui ne commet pas d’erreurs dans sa vie ? Je suis déçu car les infractions qui ont été retenues pour le condamner n’étaient pas constituées notamment celle du complot militaire », a t-il fait savoir.

Concernant l’intérêt civil du procès, l’Etat burkinabè par le biais de l’Agent judiciaire du trésor (AJT) a demandé la somme de plus de 1,5 million de F CFA au titre des préjudices subis par l’Etat. Cette somme devrait être payée solidairement par 16 des 19 condamnés. A ce sujet, le tribunal a débouté l’Etat pour requête mal fondée.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé