Aujourd'hui,
URGENT
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects

POLITIQUE

Le gouvernement a rencontré les acteurs de l'Education (Syndicats, Associations des parents d'élèves, Associations des promoteurs privés) le vendredi 31 mars 2017 à Ouagadougou dans la salle de Conférence du Ministère en charge de l'Enseignement supérieur, pour échanger sur les mesures sécuritaires prises face aux menaces terroristes dans la Région du Sahel.


Cette rencontre a été présidée par le Ministre d'Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré qui avait à ses côtés, le Ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, Siméon Sawadogo et le Ministre de l'Education nationale et de l'Alphabétisation, Jean Martin Coulibaly. Ils étaient assistés par le directeur général de la Police nationale, et le Chef d'Etat major de la Gendarmerie nationale.

Ces échanges ont permis au gouvernement de rassurer les acteurs et de porter à leur connaissance les actions engagées pour réaffirmer l'autorité de l'Etat. Il s'agit entre autres :

1.  de la prise des mesures sécuritaires appropriées pour rétablir un climat favorable au bon déroulement des activités socio-économiques et éducatives ;
2. de la mise en place d'un dispositif de prise en charge psychosociale des agents affectés par la situation ;
3. de la mise en place de formations à l’éducation en situation d’urgence et de conflit, en faveur des enseignants, des encadreurs et des responsables des structures éducatives ;
4. de l'adoption d'une stratégie d'implication effective des communautés concernées ;
5. de l’envoi de missions sur le terrain en vue de dialoguer avec les communautés et les différents acteurs de l’éducation.

Le gouvernement exhorte les agents de l’Etat et notamment les acteurs de l'éducation à ne pas céder à la psychose et à la désinformation. Il les invite par ailleurs, à un sursaut patriotique pour garantir le service public et le droit à l'éducation de tous les enfants burkinabè.       

                                          DCPM/ MENA

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé