Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

POLITIQUE

Le procès des militaires présumés impliqués dans le dossier de l’attaque en 2016 de la poudrière de Yimdi s’est ouvert ce mardi 28 mars 2017 devant le tribunal militaire de Ouagadougou. Dans ce procès, le sergent-chef Ali Sanou et 21 autres sont poursuivis pour complot militaire, désertion à l’étranger en temps de paix, vol aggravé, détention illégale d’armes à feu ou de munition.


Parmi les 22 accusés, figure un civil du nom Sabkou Yago, qui est lui poursuivi de recel de malfaiteurs. L’un des militaires, Albert Gounabou, soldat de première classe, est en fuite et est accusé de complot militaire. Face à ce cas, le tribunal a décidé de le juger séparément. Par cet acte le tribunal jugera maintenant le sergent-chef Ali Sanou et les 20 autres militaires dont le civil.

Le procès débuté, les avocats de la défense ont soulevé deux exceptions de nullités de la procédure, l’une portant sur le manque d’ordre de poursuite contre certains accusés et l’autre portant sur les faits et une demande de sursis. Le tribunal après une suspension, a tout simplement rejeté la demande de sursis et les exceptions de nullités de la procédure. Cette étape passée, il a procédé à la lecture de l’arrêt de renvoi et celui de fin de mise en accusation d’Ali Sanou et autres. Après la présentation des témoins cités par les différentes parties, le tribunal a évacué l’aspect forme pour se pencher ensuite sur le fond du dossier à savoir la comparution des inculpés et du début des débats contradictoires.

Pour Me Fako Bruno Ouattara, l’avocat de Ali Sanou présenté comme le présumé cerveau de l’attaque de la poudrière, son client, s’il est reconnu coupable encoure une condamnation ferme à perpétuité. « Ali Sanou est un militaire extrêmement courageux certes mais il est le plus chargé dans le dossier car étant responsable. Nous allons plaider les faits, le droit par rapport à un contexte général qui était assez trouble. (…) Tous les contextes, les circonstances de ces éléments, il faudrait les analyser et prendre l’ambiance générale qui régnait en ce moment-là », a fait savoir, Me Ouattara.

En rappel, le dépôt d’armes de Yimdi, situé à la sortie ouest de Ouagadougou, avait été attaqué vendredi 22 janvier 2016, vers 4 heures du matin, par des anciens éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP). L’attaque qui n’a pas fait de victimes avait permis aux assaillants de soustraire des armes et des munitions. Des ratissages dans un village voisin de Yimdi et au quartier Kourittenga de Ouagadougou avaient permis de mettre la main sur 11 personnes. Selon le procureur militaire, ils envisageaient d’attaquer ensuite la Maison d’arrêt et de correction des armées (Maca) pour libérer les généraux Bassolé et Diendéré, tous inculpés dans l’affaire du coup d’Etat manqué de septembre 2015.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir