Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: saisie record de 200 tonnes de faux médicaments à Abidjan
Football: le Burkina Faso bat le Soudan du Sud par 2 buts à 1 au titre de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2021
Burkina: 32 terroristes neutralisés dans les régions du Centre-nord et du Nord
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays

POLITIQUE

Dans le cadre de la reprise des élections municipales dans certaines localités, dont celles de Zogoré, Bouroum-Bouroum et Béguédo, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), par l’entremise de son président, Newton Ahmed Barry, a bien voulu lever le voile sur quelques zones d’ombre. Tel était l’objet de la tenue d’une conférence de presse, déroulée ce mercredi 15 mars 2017.

Tous les partis politiques peuvent s’aligner dur la ligne de départ des municipales complémentaires dans les communes de Bouroum-Bouroum, Zogoré et Béguédo. C’est l’information donnée par Newton Ahmed Barry, qui a étalé les efforts fournis par l’institution qu’il dirige, en vue de parvenir à un dénouement heureux desdites élections complémentaires. La Ceni, assure son président, s’est appuyée sur les décisions de justice qui avaient été prises. C’est en cela qu’après délibération, la plénière de la commission a décidé que «les élections municipales du 28 mai 2017 seront donc ouvertes à tous les partis et formations politiques qui le désirent», a annoncé le président de la Ceni.

A l’en croire, cette décision prise pour ces trois communes où les municipales du 22 mai 2016 n’avaient pas pu se tenir répond au souci de prendre en compte les normes et standards internationaux en matière électorale. «Il s’agit des principes d’inclusivité, de représentativité des opinions politiques, de l’apaisement du climat social. Fait-il savoir avant de marteler qu’il n’est pas question pour la Ceni de s’engager dans des élections fermées.»  

En outre, pour ce qui est du cas spécifique de Béguédo, M. Barry soutient que la polémique dans cette zone fait référence au fichier électoral. Lequel fichier qui, pour diverses raisons, a connu des ajustements, dont le dernier effectué les 29 et 30 mars 2016. Par ailleurs, il revenait à la Ceni de répondre à la question de savoir lequel des fichiers est légal ? A cet effet, les choses semblent claires, aux dires de Newton Ahmed Barry, qui affirme que « le fichier électoral de 2015, ayant servi aux couplées présidentielle-législatives du 29 novembre 2015 est celui qui réunit les conditions de légalités requises. »

En définitive, le président de la Ceni a rappelé aux uns et aux autres « qu’ils doivent inscrire leurs réactions et actions dans le cadre de la loi.» Mais aussi, il est porté à la connaissance des personnes ayant changé de domicile – pour ce qui est des villages de Kièflè, Gnitala, Diarra-peuhl et Tombeyao sous la coupole de Béguédo – qu’ils peuvent demander leur inscription dans l’un des quatre villages, selon les dispositions des articles 60 à 64 du code électoral. Ces demandes se feront sur la preuve des nouvelles résidences, du 20 mars au 02 avril 2017.   

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé