Aujourd'hui,

POLITIQUE

Le deuxième congrès ordinaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti au pouvoir, s’est ouvert ce samedi 11 mars 2017 à Ouagadougou. Placé sous le thème de la « mise en œuvre opérationnelle du programme présidentiel : quelles perspectives et quels engagements ? », ce congrès permettra aux participants de réfléchir sur les modalités d’une meilleure opérationnalisation du programme présidentiel et de renouveler les instances du parti. En effet, depuis l’élection de son président, Roch Marc Christian Kaboré à la magistrature suprême, l’intérim du parti est assuré par Salifou Diallo, 1er vice président en charge de l’orientation politique.

Pour ce deuxième congrès ordinaire du MPP, plus de 5 000 participants venant des quatre coins du Burkina et de l’étranger prendront part aux travaux. Pour ce faire trois commissions ont été mis en place par le comité d’organisation: Commission programme présidentiel, commission vie du parti et réforme de statuts et celle chargée de l’évaluation des relations extérieures et des alliances.

Les participants à l’issue donc de ce conclave devront, entre autres, proposer des pistes et des solutions pour une bonne mise en route du programme de Roch Marc Christian Kaboré et du PNDES, analyser la vie du parti tout en proposant des réformes sur les règlements du parti et in fine renouveler les différents organes dont l’élection d’un nouveau directoire.

En clair, ce congrès, a pour but de donner « un nouveau souffle » au parti depuis sa création il y a de cela trois ans (janvier 2014). Et le président intérimaire du parti a appelé les congressistes à une introspection pour plus d’unité.

« Je vous invite au cours des travaux du congrès à tirer les leçons de nos forces et surtout de nos faiblesses en vue de renforcer l’unité et les victoires de notre parti. J’en appelle aussi, à l’identification des mécanismes d’exploitation des compétences disponibles au sein du parti pour une gouvernance plus efficiente et plus efficace de l’appareil d’Etat », a indiqué Salifou Diallo au cours de son allocution d’ouverture.

Le cérémonial d’ouverture a connu la présence remarquable du Premier ministre Paul Kaba Thiéba, habillé pour a circonstance avec les couleurs du parti, de la Première dame, Sika Kaboré, de Bénéwendé Sankara de l’Unir/Ps et surtout de Zéphirin Diabré qui a même pris la parole au nom de l’opposition politique.

Le président du Faso, Roch Kaboré n’était pas présent à ce congrès car la Constitution le lui interdit à cause de son statut de chef d’Etat, raison pour laquelle il avait cédé la tête du parti à Salifou Diallo après son élection en novembre 2015.

Comme pour faire taire les rumeurs d’éventuelles frictions avec le président Kaboré, Salifou Diallo a renouvelé sa confiance « indéfectible » à ce dernier en ses termes : « Il (Roch Kaboré, Ndlr) reste cependant pour nous un leadeur disponible et je souhaite vivement que nous lui rendions ici un vibrant hommage, à la hauteur des victoires qu’il a permis au parti d’engranger. Je vous demande de l’ovationner debout ! Monsieur le président du Faso, le MPP et le peuple burkinabè sont fiers de vous ! Soyez rassuré de notre indéfectible soutien dans votre noble et exaltante mission ! ».

Notons que la clôture des travaux interviendra ce dimanche 12 mars 2017 après le renouvellement des instances. Notons que ce congrès est le deuxième du genre après le premier tenu en avril 2014. Plusieurs partis de l’étranger en particulier ceux de la gauche démocratique (Mali, Niger, Côte d’Ivoire, Sénégal, Maroc, France, Allemagne, Ghana, Tchad, Bénin) ont effectué le déplacement de Ouagadougou pour apporter leur soutien au « parti du soleil levant ».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir