Aujourd'hui,
URGENT
Culture: Ouagadougou va abriter du 27 février au 1er mars 2018 la première édition du Festival panafricain de la Série"Séries Séries" 
Israël: 750 migrants africains menacés d'expulsion en grève de la faim (RFI)
Football: Le RCK éliminé de la ligue africaine des champions après sa défaite 2 à 0 à Libreville
Football: L’EFO éliminé de la Coupe de la Confédération après sa défaite 1 à 0 contre l’Olympic Star FC du Burundi
Burkina: le journaliste Mahamadi Tiegna nommé directeur général des Editions Sidwaya (Conseil des ministres)
Burkina: Le journaliste Pascal Yemboini Thiombiano nommé  directeur général de la radiodiffusion télévision du Burkina
Mali: deux soldats français tués et un blessé dans l'explosion d'une mine artisanale (RFI)
Nécro: Idrissa Ouédraogo décoré Grand officier de l'Ordre national à titre posthume avant d'être inhumé ce mardi 20 février
Bobo Dioulasso: deux morts dans l’éboulement d’une mine à Borodougou (Oméga Fm)
Burkina: 620 394 personnes seront en situation d'urgence alimentaire de juin à août 2018 (Sonagess) 

POLITIQUE

L’Alliance pour la défense de la patrie (ADP), lors d’une conférence de presse animée ce mercredi 9 mars 2017 à Ouagadougou, tient pour responsable le gouvernement des maux qui minent la vie de la nation notamment les attaques terroristes à répétition dans le nord et la flambée des prix de certaines denrées alimentaires.


Les attaques terroristes à répétition dans le nord du pays, la réconciliation nationale et la flambée des prix de certaines denrées de premières nécessitées sont les sujets sur lesquels l’ADP appelle le gouvernement à assumer ses responsabilités et à assurer la sécurité des citoyens. Selon le président de l’ADP, Abraham Badolo, le seuil d’insécurité a atteint le niveau le plus inquiétant dans notre pays à tel point, estime-t-il, que les régions du Sahel et du nord sont en passe de devenir «la chasse gardée de mouvements terroristes». Il a pris pour exemple le double assassinat du directeur d’école et d’un habitant à Kourfayel dans le Soum.

Il tient pour responsables le ministre en charge de la Sécurité et celui de la Défense. M. Badolo dit ne pas comprendre qu’après avoir été victime de menaces de mort de la part des terroristes et après avoir été rassuré par le ministre de l’Education nationale sur la capacité de l’Etat à assurer leur sécurité, ces deux victimes aient été «sauvagement assassinées».
«Cette situation sécuritaire que vit le Burkina Faso est révélatrice du tâtonnement et de la gestion approximative des affaires publiques par le pouvoir en place. Le manque de vision du pouvoir aux plans militaires, sécuritaires et politico-diplomatiques font courir à notre pays le risque de perdre sa partie nord au profit de cette horde de terroristes avec toutes les conséquences néfastes et inimaginables», a relevé le président de l’ADP. De son avis, le manque de réactivité de nos gouvernants actuels face à ces multiples attaques est assimilable à «de la négligence et à de la résignation».

Par ailleurs, l’ADP s’insurge contre les augmentations de prix des produits de consommation et appelle le gouvernement à sortir de sa léthargie sur cette question particulière avant que «cette situation n’atteigne un seuil de non-retour». Pour ce faire, M. Badolo invite les filles et fils du pays à rester unis et solidaires car, c’est l’élément essentiel et capital à observer dans ces situations que traverse le Burkina Faso.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir