Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

La Nouvelle alliance du Faso (Nafa) s’alarme, dans la déclaration suivante, de l’Etat de santé de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé , incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction des armées (Maca) pour son implication présumée dans la tentative de putsch contre les autorités de la transition en septembre 2015. Le parti réclame son évacuation à l’étranger pour des soins médicaux appropriés.


«Suite aux informations persistantes sur la fragilisation progressive de l'état de santé et les manœuvres de privations de soins médicaux dont est victime, le prisonnier politique  Djibrill Bassolé de la part des autorités judiciaires militaires burkinabè , la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA) exprime ses vives inquiétudes pour la vie de son candidat aux élections présidentielles de novembre 2015.

En effet, transféré de la MACA le 23 janvier 2017 à la clinique du cœur où il a fait un séjour de 24 heures, Djibrill Y. Bassolé devait y retourner pour des soins et examens complémentaires le 1er février.
Allant contre les prescriptions médicales de son médecin traitant, les autorités judiciaires militaires ne lui ont pas permis d’honorer, dans des conditions adéquates, ces rendez-vous médicaux d’une importance capitale pour sa vie. Conséquence, son état de santé  détérioré et c’est sans surprise que Djibrill Bassolé a été une nouvelle fois, victime d’un malaise ce samedi 25 février.

Par ce communiqué, la NAFA tient à rappeler  que la privation de soins à des personnes détenues est inacceptable dans un état de droit  et constitue une violation flagrante des droits de la personne humaine.

Face à cette situation de non droit où la vie de Djibrill Bassolé est en danger, le parti exige sans délais et sans  condition :


•    l’évacuation à l’étranger du prisonnier politique Djibrill Bassolé  pour des soins médicaux appropriés ;
•    la cessation  immédiate de l’instrumentalisation politique du dossier Djibrill Bassolé par le pouvoir du MPP ;
•    la libération immédiate de Djibrill Bassolé en attendant son procès.

La NAFA tient  en outre à rappeler aux autorités judiciaires et politiques du MPP qu’elles seront tenues pour seules responsables pour tout dommage irréversible qui adviendrait sur l’état de santé de Djibrill Bassolé.»

Justice- Unité- Travail
Fait à Ouagadougou,  le 26 février 2017

Le Président
Rasmané OUEDRAOGO
Economiste- Planificateur
Chevalier de l’Ordre National


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé