Aujourd'hui,
URGENT
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali

Une vue du présidium. (Photo SM)

POLITIQUE

Présent à Bobo-Dioulasso au cours des premières journées parlementaires du groupe UPC, Zéphirin Diabré, le chef de file de l’opposition politique s’est prononcé sur le nouveau gouvernement burkinabè ce jeudi 23 février 2017. Sans langue de bois, il a émis des réserves quant à l’efficacité de la nouvelle équipe gouvernementale…


Pour ses premières journées parlementaires de l’année 2017, l’Union pour le progrès et le changement a opté pour Bobo-Dioulasso. « Comment redonner à Bobo-Dioulasso son rôle de capitale économique ? Zoom sur les limites des politiques économiques actuelles » était le thème de la journée de réflexion des députés du groupe UPC, première formation de l’opposition burkinabè.

Tout nouveau président du groupe parlementaire UPC, Daouda Simboro n’a pas manqué de lancer des piques au pouvoir actuel. Pour lui, la situation économique de la deuxième ville du Burkinab Faso est imputable aux choix politiques.

Présent auprès de ses députés, Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition politique espère également un meilleur avenir pour Bobo-Dioulasso. Actualité oblige, il s’est exprimé sur le nouveau gouvernement de Paul Kaba Thiéba en ces termes : « nous avons nos opinion sur les individus mais c’est aux Burkinabè d’apprécier les résultats ou les non résultats qu’ils vont constater ».

Visiblement pessimiste, le président de l’UPC émet des réserves sur la capacité du nouveau gouvernement à relever le défi sécuritaire du Burkina Faso : « Parlant de la défense, nous avons un souci, un vrai souci, c’est le nord du pays. Il ne faut pas que le nord échappe au Burkina Faso. On n’est pas obligé de faire de grands discours en matière de sécurité. S’il y a des défaillances, c’est qu’il y a des problèmes.»

Serge Maurille (correspondant à Bobo- Dioulasso)





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé