Aujourd'hui,
URGENT
Algérie: Abdelmadjid Tebboune élu président avec 58,15%
Etats-Unis: la commission judiciaire valide l'acte d'accusation de destitution de Donald Trump
Justice: 99 dossiers enrôlés pour les sessions des pôles criminels de Ouagadougou et de Ouahigouya
Justice: les acteurs demandent à la France de clarifier sa position sur l'extradition de François Compaoré dans l'affaire Norbert Zongo
Burkina: au moins 15 terroristes neutralisés, une base démantelée, et de l’armement saisi à Kompienga dans la Région de l'Est
Gaoua: une tonne de denrées périmées saisie par la police
Roch Kaboré: "Je voudrais rassurer tous les déplacés internes de notre engagement à créer les conditions de leur retour dans leurs localités"
Climat: les glaciers du Groenland fondent sept fois plus vite qu’en 1990
11-décembre: "Pour bâtir ensemble un Burkina Faso prospère, nous devons nous départir de nos intérêts égoïstes" (Roch Kaboré) 
11-décembre: "J’ai décidé de commettre un groupe de travail pour l’écriture de l’histoire générale de la Haute-Volta au Burkina" (Roch Kaboré)

Le 27 janvier dernier, le gouvernement a signé un protocole d’accord avec la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE). Quatre mois après, la CNSE fait le point de la mise en œuvre des engagements pris. C’était à travers une conférence de presse ce vendredi 25 mai 2018 à la bourse du travail de Ouagadougou.

19 organisations syndicales interpellent le gouvernement burkinabè à se conformer aux textes nationaux et internationaux et à respecter le droit inaliénable des travailleurs et des citoyens d’organiser des rassemblements sur les lieux publics. Elles avancent comme preuve le récent avis du Conseil d’Etat  annonçant l’illégalité du sit-in au Burkina Faso.

Le point focal de la République de Chine populaire, Karim Demé, a immédiatement, après la déclaration du ministre Alpha Barry annonçant le «divorce» officiel entre le Burkina Faso et la Chine Taiwan, organisé la montée des couleurs de la « grande Chine »

Le gouvernement du Burkina Faso a décidé de mettre un terme à ses relations diplomatiques avec la Chine Taiwan à compter de ce 24 mai 2018. L’information a été rendu officielle ce jour même à Ouagadougou par le chef de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry devant la presse.

Au lendemain de l’opération menée à Ragnongo par l’unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale, permettant de démanteler un présumé groupe terroriste, le Procureur du Faso s’est prononcé sur l’état d’avancement de l’enquête ouverte aussitôt sur cette affaire. Selon Maïza Sérémé, le cerveau du groupe était de nationalité burkinabè et il répondait au nom d’Abdoulaye Sawadogo alias Abdallah.

Les terroristes abattus, au cours de l’opération menée le 22 mai 2018 par la gendarmerie nationale, projetaient une attaque dans la capitale courant mois de juin 2018 contre des cibles importantes. C’est ce qu’a laissé entendre la procureure du Faso, Maïza Sérémé ce mercredi 23 mai 2018 au cours d’un point de presse. Elle a également révélé que le présumé cerveau de la bande était un Burkinabè. Nous vous proposons l’intégralité de sa déclaration liminaire.

Le 19 avril 2018, le Haut conseil pour la réconciliation et l'unité nationale (HCRUN) a annoncé lors de sa conférence de presse qu'il est parvenu à des propositions concrètes dans l’étude du dossier des militaires et policiers radiés de 2011. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction ce 23 mai 2018, le HCRUN dévoile le contenu de ces propositions.

Dans cette déclaration, l’Union pour le progrès et le Changement (UPC) salue le courage et le patriotisme des forces de sécurité qui ont mené l’opération à Ragnongo le 22 mai. Le parti d’opposition, fait également une mention honorable au gendarme François de Salle Ouédraogo, décédé au cours de l’opération qui a permis de démanteler une présumée bande terroriste.

photo: lefaso.net

Chaque mardi, l’opposition politique tient une conférence de presse pour décrypter l’actualité nationale. Ce mardi 22 mai 2018, c’est l’opposition municipale de la commune de Ouagadougou qui était face aux hommes de média pour leur faire part de la gestion de la ville d’une part et de la situation qui prévaut à l’arrondissement 3.

Les forces de sécurité burkinabè ont mené, tôt dans la matinée de ce 22 mai 2018, une opération d’interpellation de présumés terroristes à Ragnongo à la périphérie Est de Ouagadougou. Aux termes de l’opération, trois présumés terroristes ont été abattus, un autre capturé, quatre blessés du côté des Forces de défense et de sécurité et deux civils blessés. C’est le point qui a été fait dans la mi-journée par le ministre de la Sécurité intérieure, Clément Sawadogo.

Les forces de sécurité burkinabè ont mené, tôt dans la matinée de ce 22 mai 2018, une opération d’interpellation de présumés terroristes à Rayongo à la périphérie Est de Ouagadougou. Aux termes de l’opération, des assaillants ont été neutralisés et des blessés ont été enregistrés du côté des Forces de défense et de sécurité selon plusieurs sources.

Dans cette déclaration, le Caucus des cadres pour le changement, fustige la position du journaliste Ismaël Ouédraogo et du mouvement Brassard noir sur le discours prononcé par Zéphirin Diabré  à l’ouverture du 7e congrès du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Il estime que le chef de file de l’opposition est dans son droit de s’afficher aux côtés de l’ex parti au pouvoir.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé