Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)
Burkina: «Plus d'une dizaine de militaires» tués dans l’attaque de leur détachement
Soudan: le procès pour corruption d'Omar el-Béchir s'ouvre à Khartoum
Burkina: 270 776 personnes déplacées internes enregistrées à la date du 16 août, le plan d'urgence estimé à plus de 110 milliards de FCFA
Fada N'Gourma : décès de sa Majesté Kupiendieli, 31ème Roi du Gulmu, dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 août 2019. 
Soudan: le nouveau Premier ministre Abdalla Hamdok confirmé le 20 août

Dans cette déclaration parvenue à Fasozine, l’Union pour le Progrès et le changement(UPC) espère que le procès du putsch manqué de septembre 2015 qui a débuté ce 27 février permettra à notre pays « de tourner résolument et définitivement le dos à toute forme d’accession non démocratique au pouvoir ». Le parti d'opposition demande surtout à l’exécutif d’éviter toute immixtion dans la conduite du procès.

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 a débuté ce mardi 27 février 2018 au tribunal militaire de Ouagadougou dont la salle d’audience a été délocalisée pour la circonstance à la salle des banquets de Ouaga 2 000. Sitôt ouverte, l’audience du jour a été suspendue car les avocats de la défense qui ont contesté la légalité du tribunal ont quitté la salle pour protester contre la décision du président du tribunal, Seydou Ouédraogo de poursuivre l’audience.

Dans le cadre de l’opérationnalisation de la stratégie nationale de l’Etat civil, le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation à travers la direction générale de la Modernisation de l’Etat civil a organisé, ce mardi 27 février 2018 à Ouagadougou, la première session du Cadre partenarial des acteurs de l’Etat civil (Capec) de l’année 2017.

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso s'est ouvert ce mardi devant la Chambre de jugement du tribunal militaire, délocalisée pour la circonstance à la salle des banquets de Ouaga 2000. Au total, 84 personnes, dont 66 militaires et 18 civils, devraient comparaitre pour s’expliquer. Parmi les 84 accusés, il y a les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup.

Le procès du putsch manqué de septembre 2015 s’ouvre ce mardi 27 février 2018 dans la salle des banquets de Ouaga 2 000 après plus de deux ans d’instruction. Pour le mouvement le Balai citoyen, la tenue de ce procès « n’est pas seulement historique » mais « une victoire d’étape ». Le mouvement souhaite in fine « que le procès se déroule dans la sérénité et que le droit soit dit dans toute sa rigueur ».

Le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille a décidé de supprimer la parade des femmes et groupements féminins entrant dans le cadre des festivités marquant la journée internationale de la femme. En lieu et place, les femmes du Burkina Faso auront droit à un échange direct avec le président du Faso afin de lui exposer leurs préoccupations. C’est ce qu’a annoncé ce lundi 26 février 2018, Helene Marie Laurence Ilboudo/Marchal, ministre en charge de la promotion de la femme. 

Eddie Komboïgo, président statutaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) depuis mai 2015 a repris les rênes du parti ce dimanche 25 février 2018 à l’issue de la 61e session du bureau politique national (BPN). Suites à ces ennuis judiciaires, l’intérim du parti avait été confié à Achille Tapsoba, 1er vice président. 

Ce communiqué de presse du Conseil supérieur de la magistrature publié ce lundi 26 février 2018 fait cas de sanctions prises contre des magistrats.

Dans son discours de fin d’année, le président Roch Marc Christian Kaboré avait annoncé la tenue d’une rencontre avec tous les acteurs nationaux au mois de février 2018 autour d’un système de rémunération juste, équitable et cohérent. C’est dans cette perspective, que le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a rencontré l’Unité d’action syndicale (UAS) pour dire aux syndicalistes, comment le gouvernement entend conduire le processus.

Dans le cadre de la commémoration de ses 20 ans d’existence, le Tocsin a voulu lever un coin de voile sur le sujet du vote des burkinabè de l’extérieur. C’est à juste titre que ladite association a organisé une conférence publique le jeudi 22 février 2018, en vue de s’imprégner au même titre que les populations sur l’état des lieux de cet aspect. « Vote des burkinabè de l’étranger : état d’avancement des préparatifs ». C’est sous ce thème que  Newton Ahmed Barry, président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a échangé avec l’assistance.

Dans ce communiqué de presse, le maire de l’arrondissement 3 de la ville de Ouagadougou, Rainatou Ouédraogo/Sawadogo apporte un démenti sur l’information donnée par certains conseillers municipaux portant sur sa destitution. Pour l’édile, « le fond du litige est toujours pendant devant le tribunal  administratif ».

L'Ambassadeur Représentant permanent du Burkina à Genève, SEM. Dieudonné W. Désiré Sougouri a présenté lundi ses lettres de créances au Directeur général de l'Office des Nations Unies à Genève (ONUG), M. Michael Moller. Dans la même journée, il a également présenté ses lettres de cabinet au Directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), M. Roberto Azevêdo.

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé