Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 

Dans cette déclaration, la Nouvelle Alliance du Faso s’insurge contre la volonté de la majorité de faire adopter un code électoral sans consensus de la classe politique. Le parti d’opposition estime que si ce projet dudit code qui ne reconnait pas la carte consulaire biométrique, venait à être adopté, constituerait un « recul démocratique » et une « vraie loi d’exclusion » des Burkinabè de l’étranger aux prochains scrutins.

Dans ce communiqué de presse, les représentants de l’opposition à la Ceni ont précisé que « la Ceni, en tant qu’institution, n’a jamais  proposé la CNIB comme seul document d’enrôlement et de vote des Burkinabè résidant à l’extérieur ». Par conséquent, ils disent condamner tout passage en force que la majorité viendrait à opérer concernant le Code électoral.

Ceci est un compte rendu d’une réunion tenue le 24 juillet 2018 par le cadre de concertation du Chef de file de l’opposition politique. Au cours de cette rencontre, il ressort que l’opposition politique ne reconnaitra pas le futur code électoral si la majorité l’adopte sans consensus et en passant outre les recommandations des partis de l’opposition. 

Le Syndicat des travailleurs de l’Action sociale (Syntas) et le Comité de la confédération générale du travail du Burkina (Comité CGT-B) est monté au créneau une fois encore ce jeudi 26 juillet 2018. L’objectif de cette rencontre avec la presse, était d’alerter l’opinion sur l’opération de «Retrait des personnes vivants en rue» et la gouvernance du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille.

L’ancien président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) de mars 2012 à juin 2016, et ancien Premier ministre du Burkina Faso, Kadré Désiré Ouédraogo, dirigera la mission d’observation électorale à court terme de l’organisation régionale pour l’élection présidentielle du 29 juillet 2018 au Mali.

Les Premières dames du groupe Afrique de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) se retrouveront à Ouagadougou les 1er et 2 août 2018 pour un séminaire de haut niveau sur la promotion de la sensibilisation à la lutte contre le cancer et les programmes du plaidoyer dans les Etats membres.

Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a ouvert ce mardi en milieu de matinée, les travaux du forum sous-régional sur l’engagement des leaders religieux et traditionnels de l’Afrique francophone et du Tchad, pour la santé et le développent, en vue de la capture du dividende démographique. Le thème de ces quarante-huit heures de réflexion sur la contribution des coutumiers et religieux à la planification familiale est : « Bénéficier du dividende démographique : les leaders religieux et coutumiers de l’Afrique de l’Ouest francophone et du Tchad s’engagent ». 

Image d'illustration

La  7eme Conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la République de Côte-d’Ivoire et le Burkina Faso se tient du 23 au 27 juillet 2018 à Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne.

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu son 2ème congrès ordinaire le week-end dernier sous le thème «UPC: stratégie pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité». Ce congrès qui vise non seulement à renouveler les instances dirigeantes du parti, mais aussi et surtout à réfléchir sur les stratégies idoines pouvant permettre au parti du «Lion» de parvenir au pouvoir en 2020, a connu la présence de personnalités non des moindres. Notamment, Eloi Sanou, président de la fédération UPC de France et représentant l’ensemble des délégations européennes et Gilbert Noel Ouédraogo, président de l’ADF/RDA. Pour le premier cité, le vote des Burkinabè de l’étranger reste et demeure une préoccupation majeure.

Les rideaux sont tombés ce dimanche 22 juillet 2018, sur le 2e congrès ordinaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). 48 heures durant, l’ensemble des participants, venus des quatre coins du Burkina Faso et de pays étrangers ont mené les réflexions relatives aux défis auxquels devrait faire face le parti du lion. Au terme de la restitution des travaux, les militants de l’UPC ont renouvelé leur confiance en la personne de Zéphirin Diabré, plébiscité à nouveau président, et ce pour les quatre prochaines années.

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) tient son 2ème congrès ordinaire sous le thème «UPC: stratégie pour une victoire éclatante en 2020, synonyme de paix, d’unité nationale, de sécurité et de prospérité». La cérémonie d’ouverture a eu lieu le samedi 21 juillet 2018 à Ouagadougou en présence de partis politiques nationaux et internationaux invités.

Le District autonome de Yamoussoukro, capitale politique ivoirienne, abritera du 23 au 27 juillet 2018, la 7ème conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) ivoiro-burkinabè. A cet effet, les organisateurs mettent les petits plats dans les grands pour que les travaux se déroulent normalement. Avant le démarrage des travaux des experts des deux pays, le mardi 23 juillet, le Préfet de la Région du Bélier a sonné le rassemblement par des rencontres avec les chefs de communautés, les chefs traditionnels et religieux, les associations des jeunes et des femmes ainsi que la presse. C’était le jeudi 19 juillet 2018.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé