Aujourd'hui,
URGENT
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, accompagné de ses collaborateurs, a animé une conférence de presse ce lundi 27 novembre 2017 à Ouagadougou. Quatre points ont ponctué ce point de presse : le bilan de la campagne agricole 2017-2018, les mesures de sécurité alimentaire, le bilan de l’action ministérielle au cours de l’année 2017 et les actions prioritaires du département pour l’année 2018.

Le procès de Pascal Zaida, coordonnateur du Cadre d’expression démocratique (CED) et trois autres, a connu son épilogue de lundi 27 novembre 2017. Accusés de «manifestation illicite et actes de vandalisme», les quatre prévenus ont été relaxés avec sursis pour «non constitution des faits». Par contre, ils ont été condamnés à 50.000 FCFA d’amende pour manifestation non autorisée.

Ceci est une déclaration du collectif de la CGT-B en marge de la visite officielle du président français, Emmanuel Macron au Burkina le 27 novembre 2017. Le collectif dénonce la mainmise de l’impérialisme français au Burkina.

Dans cette lettre ouverte, la coalition Ditanyè, qui regroupe plusieurs mouvements et associations de la société civile, interpelle le président français Emmanuel Macron sur des dossiers qui font l’actualité au Burkina Faso et en Afrique.

Le ministre en charge de l’Administration territoriale, Siméon Sawadogo a procédé ce jeudi 23 novembre 2017 à Ouagadougou à la remise des chèques représentant chacun le montant de la subvention allouée à chaque parti politique bénéficiaire au titre de l’année 2017. La cagnotte  de 500 millions de francs CFA a été partagée entre cinq partis politiques dont deux de la majorité et trois de l’opposition.

Le conseil des ministres a instruit le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation de prendre les dispositions idoines pour l’application des sanctions prévues contre les partis et formations politiques qui ne sont pas en règle vis-à-vis de leurs propres textes statutaires.

Le Conseil des ministres de ce mercredi 22 novembre 2017 a principalement statué sur les dossiers des départements en charge de la Sécurité, de l’Administration territoriale et de l’Agriculture.

Le Syndicat national des administrateurs civils, des secrétaires et adjoints administratifs du Burkina (Synacsab) était face aux hommes de media ce mercredi 22 novembre 2017 à Ouagadougou. Le syndicat attend aller en grève de trois jours, du mardi 28 au jeudi 30 novembre 2017 pour exiger la satisfaction de leur plateforme revendicative minimale.

Le trésorier général de l’ODJ, Ouiry Sanou pointe un doigt accusateur sur la politique française au Burkina Faso. A l’occasion de la venue du président français Emmanuel Macron au Burkina Faso le 27 novembre prochain, M. Sanou appelle la population à manifester tout au long de son trajet. Il l’a dit lors de sa conférence de presse sur les «journées anti-impérialistes» tenue ce mardi 21 novembre 2017.

L’Organisation démocratique de la Jeunesse (ODJ) du Burkina Faso, en collaboration avec d’autres organisations de la société civile, organise le 2 décembre prochain à Ouagadougou la deuxième édition des «journées anti-impérialistes» autour du thème «révolution Bolchévique d’octobre 1917: leçons et perspectives pour les luttes d’émancipation des peuples». Afin de porter l’information à l’opinion, le bureau exécutif national a animé une conférence de presse ce mardi 21 novembre 2017 à Ouagadougou.

Abdulrahman Khamada,chargé des affaires de l’ambassade de Libye au Burkina Faso

Le ministère des Affaires étrangères du gouvernement d’entente nationale de la Libye a réagi officiellement ce lundi 20 novembre 2017 suite aux traitements esclavagistes que subissent des migrants africains en Libye. A Ouagadougou, la déclaration a été lu devant la presse par Abdulrahman Khamada, chargé des affaires de l’ambassade de Libye au Burkina Faso. Voici l’intégralité dudit communiqué.

Le ministre burkinabè en charge des Affaires étrangères, Alpha Barry a annoncé ce lundi 20 novembre 2017 dans la soirée, la décision du gouvernement burkinabè de rappeler son ambassadeur en poste en Libye pour consultation. Cette décision fait suite aux traitements esclavagistes que subissent des migrants africains dont des Burkinabè en Libye.