Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

Le mardi 10 octobre 2017, la justice militaire a accordé une liberté provisoire au Général Djibrill Yipénè BASSOLE. Par la présente, quoique pas totalement satisfaite de la mise en application de cette liberté, la NAFA en force républicaine, prend acte.

Ce communiqué de la Chambre de contrôle de l’instruction du tribunal militaire de Ouagadougou est relatif à la liberté provisoire accordée à l’ancien ministre des Affaires étrangères Djibril Bassolé, soupçonné d’avoir trempé dans le putsch de l’Ex régiment de sécurité présidentielle (RSP) contre les autorités de la transition en 2015.

Bénéficiaire d’une liberté provisoire depuis le 10 octobre, Djibril Bassolé, détenu pour son implication présumée dans le putsch du RSP en septembre 2015, n’est toujours pas rentré chez lui. Pour cause: il a été assigné en résidence surveillée dans une villa du quartier Ouaga 2000.

La France a offert ce jeudi 12 octobre 2017, 15 boucliers balistiques à l'Unité spéciale d'intervention de la gendarmerie nationale (USIGN) et à l'Unité d'intervention polyvalente de la police nationale (UIPPN).

Le gouvernement ne veut pas commenter la décision des juges, mais assure que tout sera mis en œuvre pour que justice soit rendue aux victimes de l’insurrection populaire et du putsch. C’est en substance ce qu’on peut retenir des propos du ministre en charge de la Justice, René Bagoro, au sortir du conseil des ministres de ce 11 octobre 2017.

Depuis le début de la crise au sein du groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), des militants du parti, très remontés contre les députés démissionnaires, rendent des visites inopinées à ces derniers à leurs domiciles, pour leur signifier leur mécontentement. Ceci est un communiqué du président de l'UPC, Zéphirin Diabré qui invite les uns et les autres au calme.

Lors d’une réunion tenue le 10 octobre 2017, les partis politiques membres du Cadre de concertation du Chef de file de l’opposition ont apporté leur soutien à l’Union pour le progrès et le changement, secouée par une crise interne. 

Voici la réaction du Balai citoyen, organisation de la société civile, devant la liberté provisoire accordée à l’ancien ministre des Affaire étrangères, Djibril Bassolé, détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées pour son implication présumée dans le coup d’Etat de l’ex RSP contre les autorités de la Transition en septembre 2015.

Djibril Bassolé, bénéficie d’une liberté provisoire depuis ce mardi 10 octobre 2017, a appris Fasozine de sources proches de l’ancien ministre des Affaire étrangères.

Voici le communiqué conjoint qui sanctionne la visite effectuée les 9 et 10 octobre 2017 au Burkina Faso par Patrice Talon, le président du Benin.

La ligue des jeunes du Burkina Faso (LJB) a organisé une conférence de presse ce lundi 9 octobre à Bobo pour annoncer le programme des festivités de 7 années d’existence. Ces festivités auront lieu le 15 octobre 2017, date qui coïncide avec les 30 ans de disparition de Thomas Sankara. Mais assez vite cette conférence de presse a pris la tournure réquisitoire contre Nana Tibo, le président du Rassemblement démocratique et populaire, qui avait annoncé le 8 octobre dernier à Bobo le retour de l’ancien président Blaise Compaoré. «Que Nana Tibo et sa bande sachent que la LJB est déterminée à barrer la route par tous les moyens à leurs agissement», prévient Eloi Savadogo, président de la LJB.

Des militants à la base de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) ont réagi ce mardi 10 octobre 2017 face à ce qu’ils qualifient de «trahison de 13 députés du parti». Très remontés, les animateurs de la conférence de presse du jour disent entreprendre des stratégies pour récupérer leurs mandats.